AccueilÉDITO

Vidéo : deux réalisateurs partent à la rencontre des coureurs

Publié le

par Naomi Clément

Au-delà d'être un sport qui défoule, la course est aussi un sport qui fait parler. La preuve avec ce court-métrage intitulé "The Runners", réalisé par Matan Rochlitz et Ivo Gormley.

Au gré des saisons, Matan Rochlitz et Ivo Gormley sont allés à la rencontre de nombreux coureurs. Équipés d'un vélo et d'une caméra, les deux réalisateurs les interrompent dans leur course et leur posent des questions plus ou moins personnelles. Et, étonnamment, les coureurs se prennent au jeu. "Que voulez-vous faire de votre vie ?", "êtes-vous marié ?", ou encore "êtes-vous amoureux ?" sont autant de questions dérangeantes auxquelles les runners acceptent pourtant de répondre de façon plutôt spontanée.

The Runners from Banyak Films on Vimeo.

Le but de ce film ? Tenter de saisir ce qu'il se passe dans la tête des coureurs lorsqu'ils parcourent les rues de la ville, et voir si l'homme est plus ouvert, plus vulnérable pendant cet exercice. Et au vu des réponses données par les coureurs, la réponse est oui. "J'aimerais avoir un meilleur ami pour toujours",  "le point de départ de l'univers devait être très, très ordonné", "mon mari était un plan cul avant d'être mon mari"... entre deux foulées, ces sportifs se livrent à de réelles réflexions, tout en dévoilant des bouts de leur vie à des inconnus.

Dans une interview accordée au Guardian, Ivo Gormley, un des deux réalisateurs, raconte son expérience :

À la fin d'une longue journée à pédaler dans un parc, j'ai eu une conversation avec une femme qui m'a confié à quel point elle regrettait de ne pas avoir eu d'enfants, et à quel point il était trop tard désormais. Après avoir débattu des pours et des contres, elle m'a dit avec des yeux pétillants : "Prends soin du présent, parce que c'est tout ce que nous avons." Nous nous sommes souris et elle est partie en courant.

Plus qu'un film sur la course, The Runners est un court-métrage drôle, touchant, qui nous fait entrer dans l'intimité d'anonymes et réfléchir sur nous-mêmes.

À voir aussi sur konbini :