AccueilÉDITO

Vidéo : un superbe film sur Jeremy Flores, prodige français du surf

Publié le

par Naomi Clément

Connu pour capturer les plus grands riders du monde, Desillusion Magazine dévoile aujourd'hui Please Stay Positive. Un documentaire dédié au surfeur français Jeremy Flores, mais aussi aux difficultés liées au monde du surf professionnel.

Image tirée du film <em>Please Stay Positive</em> de Desillusion Magazine

Jeremy Flores est l'un des meilleurs surfeurs au monde. À seulement 18 ans, il est devenu le plus jeune surfeur de l'histoire à se qualifier pour l'élite mondiale, en étant sélectionné pour le prestigieux championnat ASP World Tour. Depuis, il n'a cessé de décrocher les récompenses : sacré champion d'Europe junior pro en 2005, il est ensuite nommé "Rookie of the year" en 2007, avant de remporter (entre autres) le Billabong Pipeline Master en 2010 et de terminer 9ème mondial au classement de l'ASP World Tour cette même année.

Mais le tempérament de feu du jeune homme de 27 ans lui a plusieurs fois joué des tours, lui causant quelques soucis avec la Fédération Internationale de Surf. En 2014, Jeremy Flores s'est ainsi vu banni un mois durant de toute compétition.

Un film sur les difficultés d'être surfeur pro

C'est durant cette période que Sebastien Zanella, réalisateur pour Desillusion Magazine, s'est glissé dans le quotidien du sportif à Tahiti. Si ce mois d'exclusion pourrait à première vue paraître comme une punition pour tout surfeur pro, il semble finalement bénéfique à Jeremy Flores, qui paraît peu à peu retrouver les sensations du tout début. Le plaisir de surfer librement.

"Tout arrive si vite dans ma carrière, j'étais comme un robot, confie-t-il dans ce superbe film. Tout était si strict dans ma vie pour que je sois au mieux dans les compétitions. J'étais comme une machine." À travers le documentaire Please Stay Positive, Desillusion Magazine retrace le parcours d'un véritable prodige, tout en soulignant les difficultés liées à cette industrie géante qu'est le monde du surf professionnel.

À voir aussi sur konbini :