AccueilÉDITO

Vidéo : l'escalade interdite de la pyramide de Khéops

Publié le

par Jeanne Pouget

Andrej Ciesielski, un touriste allemand de 18 ans, n’avait visiblement pas envie de visiter le site de Gizeh, en Égypte, comme tout le monde. Le jeune homme a gravi à mains nues la pyramide de Khéops, haute de 137 mètres, avant de poster sur Internet son "exploit". L'ascension de ce monument antique est bien sûr tout à fait illégale.

"La vue est absolument superbe", s’exclame Andrej arrivé au sommet de la pyramide de Khéops. Et les images sont là pour appuyer ses dires : une vue exceptionnelle à 360 degrés du site antique de Gizeh, face au Caire.

Une escalade passible de trois ans de prison selon la loi en vigueur dans le pays. Mais pas de quoi effrayer le jeune touriste parfaitement conscient de braver une interdiction :

"Je n’en avais rien à faire, j’ai juste commencé à grimper. Au début j’escaladais très vite pour que personne ne puisse me suivre et me ramener en bas. À mi-hauteur, des gens en bas m’ont repéré, la police m’a repéré et ils me criaient en arabe : 'Descendez ! Descendez !'"

Une fois redescendu de son perchoir, Andrej s’est vu confisquer ses photos, que les autorités se sont empressées d’effacer, avant d'être relâché. Une fois rentré chez lui, le jeune homme a pu récupérer les images grâce un logiciel.

Capture d'écran YouTube d'Andrej Ciesielski

Un acte illégal et condamnable

Si Andrej n’est pas peu fier de son exploit, les commentaires condamnant cet acte plus inconscient que courageux n’ont pas tardé à fuser sur sa chaîne YouTube. "Tu manques non seulement de respect à ta propre vie mais aussi au monument", "va escalader l’Everest mais laisse les pyramides tranquilles", "ça m’aurait été égal que tu te fasses tuer en redescendant, tu ne peux pas manquer de respect aux lois et à la culture impunément" : voilà pour les commentaires les plus "soft" des internautes.

Ce n’est pas la première fois que des touristes étrangers entreprennent l’ascension de la pyramide de Khéops. Il y a trois ans, un groupe de touristes russes avait réalisé le même "exploit", mais de nuit cette fois, afin d’éviter de se faire repérer. Si l’on ne peut s’empêcher de s’émerveiller devant la vue imprenable capturée par Andrej, on se dit qu’à l’heure de la modernité, un drone aurait suffi à ramener les mêmes images. Et d’éviter ainsi de piétiner un monument vieux de 4 500 ans, la seule des sept merveilles du monde antique à être encore debout.

À voir aussi sur konbini :