Une nouvelle vague de designers de mode "gender neutral" déferle sur New York

Depuis quelques années, un vent de créativité souffle sur la ville de New York. De nombreuses marques aux styles peu conventionnels y voient le jour. 

Eckhaus Latta, Hood By Air, Telfar : ces nouvelles marques aux styles décalés ont réussi à se faire une place sur la scène de la mode new-yorkaise et désormais encouragent d'autres talents à se lancer.

Ces designers misent pour la plupart sur un look unisexe et mettent un point d'honneur à créer une mode sans genre. Comme il fut un temps avec les "six d'Anvers" qui avaient lancé un style révolutionnaire, cet ensemble de jeunes créateurs semblent créer un style nouveau à l'esthétique très brute, aux proportions étranges, loin de ce qui est habituellement considéré comme "beau et joli".

Publicité

Pour commencer à s'immiscer sur la scène new-yorkaise de la mode underground, il faut savoir où regarder, car ce n'est pas dans le calendrier officiel de la Fashion Week que vous les trouverez.

À New York, il y a trois endroits où ces jeunes designers ont la possibilité de faire défiler leurs collections :

  1. L'évènement MADE.
  2. L'évènement VFiles (dont on vous a déja parlé ici).
  3. L'évènement Fashun Tweek organisé par Bullet Media.

Publicité

Ceux qui n'ont pas la chance d'y être sélectionnés, défilent de façon "Do it yourself", avec les moyens du bord. On vous a sélectionné une dizaine de marques underground et émergentes, à surveiller :

Eckhaus Latta

Eckhaus Latta, la marque créée il y a trois ans par Zoe Latta et Mike Eckaus est l'une des marques pionnières de cette nouvelle vague. Très arty et conceptuelle la marque se calme pourtant de saison en saison. " Ce qui est de plus en plus un défi pour nous, c'est de créer des pièces qui peuvent être incorporées dans la vie de tous les jours mais qui restent un peu fofolles", explique le duo.

Cette saison, la marque a défilé dans un parc de New York et on ne peut pas dire que les vêtements aux formes souples et aux découpes étranges flattaient le corps des mannequins. L'une des robes avaient même l'air d'être faite en sac poubelle. Sans doute un parti pris.

Publicité

Vous pouvez suivre la marque via : @eckhaus_latta

Une photo publiée par @eckhaus_latta le

Publicité

Une photo publiée par @eckhaus_latta le


 

Gypsy Sport

Gypsy Sport c'est la marque émergente qui est sur le point de devenir grande. Lancée en 2012 par Rio Uribe et encensée par VeFiles, c'est en 2015 que la marque a gagné le prestigieux pris du CFDA Vogue Fashion Fund, sans doute l'un des prix les plus prestigieux qu'un jeune designer peut gagner, ce qui va lui permettre de mieux se développer.

Le créateur, qui bossait chez Balenciaga avant de lancer sa marque, a d'abord développé une ligne de chapeaux qui fut immédiatement vendue chez Opening Ceremony, le très trendy concept store new-yorkais. À la suite de ce succès, Rio Uribe décida alors de lancer des collections de vêtements Gypsy Sport. "J'ai choisi le nom Gypsy Sport parce que je voulais avoir le mot sport dedans, je me suis dit que c'était un mot à la fois cool et générique avec un coté super 90's. Gypsy parce que je voulais un mot global qui représente quelque chose de subculturel", dit-il. De nombreuses stars ont déjà porté ses créations comme Jaden Smith, Rihanna ou Whoopi Goldberg.

Cette saison, on retrouvait des couleurs criardes comme l'orange et le violet. Toujours unisexe, les vêtements étaient superposés : dentelles, imprimés fleuris, basiques de sports et logos de la marque en gros. On ne sait pas trop quoi en penser, ni trop quelle était l'intention du designer. Une esthétique pas facile à digérer.

Vous pouvez suivre la marque via : @gypsysport

Daimorf

Tout comme Gypsy Sport, Daimorf est une marque unisexe, qui se décrit elle-même de façon conceptuelle comme une marque "au dimorphisme sexuel". La designer Olivia Galov, qui fut stagiaire chez Eckhaus Latta, dit explorer la fluidité du genre à travers ses collections.

À part un pantalon vert en matière éponge laissant le derrière de la mannequin à l'air, il n'est pas évident de différencier le style de Daimorf de celui d'Eckaus Latta, tant l'influence de cette dernière semble encore très présente dans les créations.

Vous pouvez suivre la marque via : @daimorf

Une photo publiée par daimorf (@daimorf) le

Une photo publiée par daimorf (@daimorf) le

Misbhv

Derrière Misbhv, on trouve le le duo polonais Natalia Maczek et Thomas Wirski. Misbhv pourrait être l'un des cousins de la marque Vêtements. son style n'en étant pas très éloigné.

Baggy, jupes en denim patchées, et pantalons transparents : leur dernière collection était un hymne aux années 2000. "Certaines coupes de jeans étaient assez larges et toutes les filles cool les portaient en l'an 2000", affirme Thomas Wirski auprès de Dazed.

Suivez-les via : @misbhv

Une photo publiée par misbhv (@misbhv) le

Une photo publiée par misbhv (@misbhv) le

Vaquera

C'est en 2014 que Patric DiCaprio, 26 ans a lancé Vacquera. Il a vite été rejoint par Bryn Taubensee, 26 ans et David Moses, 22 ans, qu'il a rencontré chez Eckaus Latta. On ne peut nier, ici aussi, la forte influence d'Eckaus Latta dans leur dernière collection : vêtements unisexes fluides et sans formes, quelques drapés et des touches de froufrous rose.

Suivez-le via : @vacquera

Une photo publiée par @vaquera.nyc le

Une photo publiée par @vaquera.nyc le

Romeo Handmade

On ne sait presque rien de cette toute jeune marque, si ce n'est que Taylor Ross en est son créateur. Sa collection présentait des corsets, des jeans délavés à la javel, ainsi que des imprimés végétaux. Le casting, presque plus réussi que les vêtements, regroupaient des personnalités Instagram de niches assez pointues comme Melanie Gaydos et Princess Gollum.

Suivez-le via : @romeohandmade

Une photo publiée par @romeohandmade le

Une photo publiée par @romeohandmade le


 

Barragán

La marque Barragán (qui s'appellait Ytinifninfinity) a été créée par Victor Barragán, connu entre autre pour ses piercings sur des fruits. Sur l'un des T-shirts de la collection on lisait "L.E.S.B.I.AN" avec la typo de la série Friends.  Plusieurs hauts étaient faits de poches qui cachaient le buste des mannequins, qui portaient également des sacs en forme de roches.

Vous pouvez suivre la marque via : @barragan

69

69 est une marque unisexe de denim, créée à Los Angeles en 2011, dont le designer souhaite rester anonyme. Ses fringues ont été vendues chez Assembly New York, un concept store pointu.  La collection qui a été montrée lors du défilé Made, présentait des looks amples en jean, arborant notamment l'imprimé 69.

Vous pouvez suivre le créateur mystère via : @69us

Une vidéo publiée par 69 (@69us) le

Une photo publiée par 69 (@69us) le


 

Matthew Adams Dolan

C'est la deuxième fois que Matthew Adams Dolan montre ses collections à la Fashion Week de New York. Diplômé de la Parsons School, ses collections ont déjà été portées par Rihanna et Lady Gaga et se vendent chez Opening Ceremony. Sa nouvelle collection propose des vêtements ultra larges. Plus le baggy est large et long, plus c'est bon !

Suivez-le via : @matthewadamsdolan

Maison the Faux

Joris Suk et Tessa de Boer sont les deux têtes pensantes derrière Maison the Faux. Ces Néerlandais présentaient pour la première fois leur collection à la Fashion Week de New York, bien que leur marque existe depuis trois ans.

Comme beaucoup de designers de cette vague, leurs collections sont de sexe "neutre", ce qui signifie que tout peut être porté par tout le monde. Inspiré du mouvement "free the nipple" ("libération du téton", en VF), les mannequins posaient devant un drap imprimé d'images de seins, de bouches et d'un sexe d'homme. Jouant la carte "body positive", une mannequin voluptueuse était assise devant ce que Maison the Faux appelle "la tente à sein" et avait dans les mains un bol de fruits tropicaux qui contenait aussi des jouets en forme de seins.

Vous pouvez les suivre via : @maisonthefaux

Namilia

Nan Li, 27 ans, et Emilia Pfohl, 28 ans, décrivent leur marque Namilia comme de la "couture merch". Installée à Berlin, la marque avait été sélectionné par VFiles en 2015.  Cette année, il s'agit de son premier show en solo.

"Notre inspiration est le girl power, le féminisme, la youth culture", expliquent les deux filles. La collection est recouverte d'hologrammes de Leonardo DiCaprio, de têtes de Justin Bierber photoshoppées sur le corps de Jésus et de patchs de Donald Trump habillé façon SM.

Vous pouvez les suivre via : @_namilia_


 

Whatever 21

Whatever 21 est une marque de street wear qui a été fondée en 2011 par Brian Whatever. La collection qui a été montrée lors du défilé Fashun Tweek semblait être fortement inspiré de l'esthétique des T-shirts de métal.

Vous pouvez suivre la marque via : @Whatever_twentyone

Par Dora Moutot, publié le 19/09/2016

Copié

Pour vous :