@http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/allemagne/video-en-allemagne-une-femme-inaugure-une-mosquee-liberale-ouverte-aux-femmes-non-voilees-et-aux-homosexuels_2240077.html?utm_source=Revue+de+presse+quotidienne&utm_campaign=ab625eba37-echuo.net&utm_medium=email&utm_term=0_c4d923c3cd-ab625eba37-275623365

featuredImage

Une femme inaugure une mosquée mixte ouverte à tous à Berlin

Seyran Ates, avocate et militante féministe, a inauguré en Allemagne une mosquée progressiste ce vendredi 16 juin. Elle est ouverte à toutes et à tous, y compris aux femmes non voilées et aux homosexuel-le-s.


Ce vendredi 16 juin, une mosquée progressiste a ouvert à Berlin sous l’impulsion de l’avocate et militante féministe germano-turque Seyran Ates. Pour la première fois en Allemagne, les musulmans ont une mosquée progressiste ouverte à tous et toutes, excepté les personnes "en niqab ou en burqa". L’avocate a expliqué à France Info : "C’est pour des raisons de sécurité, et nous croyons que le voile à visage plein n’a rien à voir avec la religion, mais plutôt une attitude politique."

"Lancer un signe contre la terreur islamiste et le détournement de notre religion"

Femmes, hommes, homosexuel-le-s, trans, chiites, sunnites, alévis ou encore soufis pourront prier côte à côte dans la mosquée Ibn-Rushd-Goethe. Nommée d’après le philosophe islamique Ibn Rushd (connu en Occident sous le nom d’Averroès) et le dramaturge, poète et homme d’État allemand Johann Wolfgang von Goethe, cette mosquée s’est installée au troisième étage d’un bâtiment de la communauté protestante, et consiste pour le moment en une salle de 90 mètres carrés. "Lassée des discriminations religieuses contre les femmes", c’est Seyran Ates qui a dirigé la première cérémonie vendredi, selon Libération. Des initiatives qui lui valent de sérieuses menaces.

Seyran Ates a déjà échappé de peu à une tentative d’assassinat en 1984 par son ex-mari, "en lien avec l’extrême droite turque", et a dû arrêter sa carrière en 2006 à cause de menaces de mort. Certaines femmes musulmanes ont donc peur de se rendre à la nouvelle mosquée, comme l’une d’entre elles l’a expliqué à Libération. Il aura fallu huit années de discussion pour que celle-ci ouvre ces portes, certains craignant précisément qu’elle "n’attire les terroristes", selon LCI. Mais Seyran Ates, qui vit sous protection policière, a promis "un niveau de sécurité maximal" et réaffirmé l’importance "d’être unis sous le toit de notre lieu de prières" :

"Nous voulons lancer un signe contre la terreur islamiste et le détournement de notre religion."

Elle va également bientôt commencer des études de théologie islamique à Berlin afin de devenir la première femme imam d’Allemagne, et ainsi rejoindre le cercle très restreint des femmes imams, qui compte entre autres l’Américano-Malaisienne Ani Zonneveld, qui s’est d’ailleurs chargé du premier appel à la prière lors de l’inauguration de la mosquée.

Par Mélissa Perraudeau, publié le 19/06/2017