AccueilÉDITO

À Sydney, Shia LaBeouf a voulu donner la parole à tout le monde

Publié le

par Bérénice Rebufa

Les 17 et 18 décembre, une nouvelle grande performance organisée par Shia LaBeouf a pris place à l'opéra de Sydney. Un projet artistique inattendu pour marquer la fin de l'année 2016 et surtout donner la parole au plus grand nombre.

Les 17 au 18 décembre, le trio artistique formé par Shia LaBeouf, Nastja Säde Rönkkö et Luke Turner s'est emparé de l'opéra de Sydney pour le projet #AndInTheEnd. Cette performance était organisée dans le cadre du BingeFest, un tout nouvel évènement-marathon de 24 heures créé par l'opéra. Hypebeast nous apprend que #AndInTheEnd vient conclure une trilogie d'expériences de "connexion humaine", commencée par #TakeMeAnywhere et #TouchMySoul.

Le principe était simple : ceux qui souhaitaient s'exprimer sur tout et n'importe quoi étaient invités dans la salle du théâtre Joan Sutherland pour partager le message de leur choix, du moment qu'il commençait par la formule "And in the end ..." – que l'on pourrait traduire par "Et à la fin".

Une liberté quasi totale

La performance était filmée et diffusée en live sur Internet, tandis que chaque message était retranscrit et retransmis à l'extérieur de l'opéra sur un immense panneau lumineux. Les deux soirs, entre minuit et 6 heures du matin, les participants sont entrés dans l'auditorium dans lequel le trio s'était installé. Chacun était encouragé par les artistes. À part les quelques mots en début de phrase, rien n'était imposé aux participants. Une sorte d'exutoire avant la nouvelle année.

Certains ont versé dans la punchline ou l'aphorisme pompeux, alors que d'autres ont tout simplement tenu à parler de Kanye West : tout était permis. La star des premiers Transformers y est même allée de sa propre personne en balançant : "Et à la fin, la poésie de Bukowski m'a sauvé."

"Et à la fin, j'ai eu la rencontre la plus belle et la plus inattendue. L'art peut vraiment nous rapprocher."

"Et à la fin, nous avons besoin de nous souvenir de ce qui nous rend humains, même si le but et la signification de tout cela nous échappent."

"Et à la fin, personne ne sait vraiment ce que l'on est en train de faire et on devrait en parler plus."

À voir aussi sur konbini :