À New York du street-art fait maison façon Tour Paris 13

À New-York, 43 artistes ont réinvesti un bâtiment à l'abandon pour laisser parler leur art de rue. Le projet s'appelle "Surplus Candy" et n'est pas sans rappeler un cousin parisien. Zoom. 

Surplus Candy

"Surplus Candy" vu de l'extérieur - Crédit Image Bowery Boogie

En décembre dernier, l'annonce de la destruction d'un bâtiment dans l'East Village mettait en branle des dynamiques qui allaient aboutir à l'organisation d'un évènement inédit dans le saint du saint de la culture graffiti. Médiatisé à grands coups de mot-dièse, et de tweets de la part de son principal instigateur, Hanksy, le show donnait à voir le travail de 43 street-artist dans un cadre inhabituel.

Publicité

Peintures, performances, collages

Publicité

Condamné à la destruction pour des raisons de sécurité, le bâtiment au coin de la 343 E et de la quatrième rue semblait promis à une destruction sans autre médiatisation aucune. C'est en décembre dernier, comme le rappelle le magazine américain Bowery Boogie, que l'on apprenait la situation de cet immeuble de trois étages et de l'initiative qui allait le faire sortir de l'anonymat.

À l'initiative des propriétaires bien décidés à faire de cette destruction un évènement artistique inédit et alors que des engins de démolition se massaient, le bâtiment est devenu le lieu d'une exposition. Elle regroupe des street-artist qui ont fait des murs décrépis le support de leurs créations. D'abord sous le mode festif ("324bashup" pour le hashtag qui lui était consacré), puis dans un mode plus institutionnel avec le passage de la nouvelle année.

Hanksy, auto-proclamée "fartist" (on apprécie le jeu de mot) et organisateur de la manifestation a réalisé cette peinture hommage à "Maman j'ai raté l'avion" - Crédit Image Bowery Boogie

Publicité

Après que la première couche a été appliquée par Hanksy himself (notamment pour des créations inspirées par le film Maman, j'ai raté l'avion), les artistes conviés se sont succédés pendant six jours dans l'East Village pour donner libre court à leur inspiration : peintures, collages, et même performances avec l'Américaine Gilf.

Interrogée pour l'occasion par Animal, cette dernière explique :

Je vais utiliser mon espace pour aborder les thèmes de la perte des traditions, de mémoire, et la réponse émotionnelle à la gentrification [...].[Pour Surplus Candy] je détruirai toute la chambre qui m'a été allouée : table, chaises, tout ce qui est en verre. Ça va être génial.

Publicité

Et c'est vendredi que le Surplus Candy a ouvert ses portes, pour une nuit seulement. À l'heure dite, d'après Gizmondo, quelques 400 personnes, se sont retrouvées pour apprécier les oeuvres.

Celles d'inconnus, ou de personnalités respectées dans le milieu (Icy and Sot, A.S.V.P ou encore la célèbre galériste Magda Danysz). Résultat, un avis unanime dithyrambique de la part des médias malgré une défiance initiale quant au commissaire auto-proclamé de cette galerie sauvage.

Cocktail Molotov Coca par Icy and Sot - Crédit Image Boogie Bowery

Plus connu pour ses oeuvres "ironiques", il semblerait bien que Hanksy ait tapé (cette fois-ci) dans le mille et ravi les amateurs de l'expression artistique. Pour la liste complète des performances et artistes présents, rendez-vous par ici. Pour une sélection non-exhaustive de photos, c'est plus bas.

Surplus Candy : les photos

ASVP (Crédit Image The Dusty Rebel)

Hanksy (Crédit Image The Dusty Rebe)l

Magda Love aka. Magda Danysz (Crédit Image The Dusty Rebel)

El Sol 25 (Crédit Image The Dusty Rebel)

Alice Mizrachi (Crédit Image The Dusty Rebel)

Par Tomas Statius, publié le 15/01/2014

Copié

Pour vous :