AccueilÉDITO

Le masque japonais démoniaque de Jacques Chirac débarque au quai Branly

Publié le

par Juliette Geenens

Le doppelgänger de Jacques Chirac existe : un masque de bois, représentant un démon de la mythologie japonaise, ressemble énormément à l'ancien président. Il sera exposé au musée du quai Branly à partir du 21 juin.

Qui aurait cru que Jacques Chirac avait un point commun avec un ancestral masque nippon ? Ce masque en bois originaire du Japon, prêté par le musée Georges-Labit  de Toulouse, sera présenté à partir du 21 juin à Paris dans le cadre de l'exposition consacrée à l'ancien chef de l'État au quai Branly.

Cette œuvre nippone, qui date de la fin du XVIIIe siècle, avait fortement attiré l'attention l'an dernier. C'est par hasard que la photo de ce masque s'est mise à circuler entre les internautes, qui n'ont pas manqué de trouver une ressemblance frappante avec Jacques Chirac. De la forme du visage à son large sourire, et jusqu'à ce nez largement reconnaissable, l'œuvre semble avoir été taillée dans le bois comme un fidèle portrait de l'ancien président de la République française. Les employés du musée qui l'abrite à Toulouse l'ont même comparée à la marionnette Chirac des Guignols de Canal+.

Un masque démoniaque

Ce masque est utilisé dans le théâtre nô, art traditionnel japonais. Il représente Ôbeshimi, un démon de la mythologie nippone. "Il s'agit d'un type de démon parmi les plus maléfiques, qui se targue de pouvoir menacer le genre humain," expliquait Francis Saint-Genez, conservateur du musée George-Labit, l'an dernier à France TV Info.

L'exposition "Jacques Chirac ou le dialogue des cultures" débutera le 21 juin au musée des arts et civilisations d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques, qui sera d'ailleurs bientôt rebaptisé musée du quai Branly-Jacques-Chirac. Organisée en l'honneur de l'ex-président français, cette expo rassemble plus de 150 pièces qui font écho au "cheminement intellectuel de l'ancien président, amoureux des cultures asiatiques et en particulier du Japon", souligne Culturebox.

À voir aussi sur konbini :