(Crédits image : Romain Veillon)

En images : de l'urbex dans une discothèque ravagée par les flammes

On ne sait pas si Romain Veillon a pour habitude d'aller se trémousser sur de la musique en boîte de nuit. En attendant, notre expert en photographie urbex revient avec une série sur une discothèque victime d'incendie.

Après une prison vide, un village du Sahara abandonné, une centrale électrique désaffectée et bien d'autres projets à découvrir sur son propre site web, le photographe se confronte à un ancien lieu fourmillant de vie et désormais désert après avoir été dévasté par les flammes.

(Crédits image : Romain Veillon)

Publicité

Comme souvent, la démarche de Romain Veillon atteste que l'une des qualités principales d'un prétendant à l'exploration est l'attention. Aussi, il avait déjà vu des photos de cet endroit après avoir lui-même "effectué des recherches sur les discothèques ayant brulé". Concernant cette ancienne boîte de la banlieue de Vienne en Autriche, il explique avoir trouvé l'adresse facilement car ce club "bénéficiait de pas mal de publicité du temps où c'était encore en activité".

(Crédits image : Romain Veillon)

Pour entrer, rien à voir avec l'introduction clandestine à laquelle il a dû s'adonner dans le cas de la centrale électrique : "Aucune difficulté pour y accéder car l'endroit est située dans une zone industrielle et la porte d'entrée a été laissé ouverte". Les cendres et la suie ne laissent aucun doute : malgré les flammes qui l'ont ravagé et "les vols de matériel qui ont eu lieu", on reconnaît bien l'intérieur d'une discothèque.

Publicité

(Crédits image : Romain Veillon)

Amusé par cette ambiance de lendemain de soirée à la gueule de bois post-apocalyptique, Romain Veillon raconte ses impressions :  "J'ai particulièrement aimé les objets fondus que l'on peut retrouver un peu partout et qui montrent bien que rien n'a bougé pendant tout ce temps." Il a flashé sur la boule à facettes et les enceintes, monuments témoins du silence retrouvé.

(Crédits image : Romain Veillon)

Publicité

Si l'entrée à proprement parler ne craint rien cette fois-ci, Romain Veillon alerte sur la dangerosité de certains spots d'exploration urbaine : "la structure de la salle a été gravement endommagée et le lieu menace de s'écrouler à tout moment, je ne pense pas qu'il tienne debout encore longtemps". Avis aux amateurs.

(Crédits image : Romain Veillon)

Endroit sombre par excellence, une discothèque ne se révèle généralement pas avec une telle lumière. Il faut croire que l'incendie a aidé : "c'est à travers les trous qui sont apparus dans la toiture et dans les différentes portes laissées ouvertes que la lumière pénètre", constate le photographe. Il poursuit : "Il y a un fort contraste entre les parties très éclairées et les endroits qui sont complètement dans le noir".

Publicité

Tout spectateur attentif des clichés de Romain Veillon peut ressentir l'atmosphère dévastée que renvoie ce lieu. Mais être entouré de ces décombres comme l'a été le photographe reste une expérience inédite : "L'odeur a peu à peu disparu mais la cendre est omniprésente et recouvre les moindres recoins. Cela crée une atmosphère assez apocalyptique, comme si l'on était dans un décor de film". Un film de Robert Rodriguez, par exemple ?

La suite des photos de Romain Veillon ci-dessous. Pour découvrir le reste de son travail, rendez-vous sur son site Internet.

(Crédits image : Romain Veillon)

(Crédits image : Romain Veillon)

(Crédits image : Romain Veillon)

(Crédits image : Romain Veillon)

(Crédits image : Romain Veillon)

(Crédits image : Romain Veillon)

(Crédits image : Romain Veillon)

(Crédits image : Romain Veillon)

(Crédits image : Romain Veillon)

(Crédits image : Romain Veillon)

(Crédits image : Romain Veillon)

(Crédits image : Romain Veillon)

Par Théo Chapuis, publié le 07/02/2014

Copié

Pour vous :