Vidéo : quand le drone se met au porno

Intitulée Drone boning, une vidéo devenue virale filme des ébats sexuels vus du ciel. Ou quand le drone se met au porno.

drone

Les drones sont décidément partout. Après avoir filmé de manière (souvent) amateur les villes, les paysages, les feux d'artifice voire même des dauphins, le drone commence a être utilisé à des fins plus professionnels en séduisant certains cinéastes.

Publicité

Il ne s'agissait donc que d'une question de temps pour que ce petit engin volant s'incruste dans l'industrie du sexe, connue pour tester toutes sortes d'innovations populaires, comme en juillet 2013 avec le premier porno filmé par des Google Glass.

C'est la société de production américaine Ghost+Cow Films, pourtant non spécialisée dans l'industrie du X, qui a ainsi innové avec la vidéo Drone Boning - boner est l'équivalent de "gaule" en argot – qui a déjà été largement relayée sur les réseaux sociaux. En deux semaines, la vidéo a été vue plus de deux millions de fois

Publicité

"Des paysages magnifiques avec des gens qui baisent dedans"

La vidéo commence sur un grand champ de vigne où l'on apperçoit furtivement deux personnes totalement nues en train de s'enlacer. Et ainsi s'enchainent pendant les 3min24 que dure la vidéo, les plans panoramiques de paysages aux alentours de San Francisco apparemment sans une once d'humanité jusqu'à passer au dessus de volontaires (ce ne sont pas des acteurs pornos) faisant l'amour.

Brandon LaGanke, l'un des réalisateurs, a ainsi expliqué à Vice US :

Cela a commencé comme une drôle de blague sur la vie privée et le voyeurisme. Nous voulions explorer l'idée de la vie privée à l'heure du drone et des frappes militaires. L'idée était de filmer des paysages magnifiques avec des gens qui baisent dedans.

Publicité

Son collègue John Carlucci ajoute alors qu'ils voulaient donner un côté "Où est Charlie" à la séquence. Les puristes sont ainsi prévenus : pas de gros plans sur les pénétrations, fellations et autres faciales. Si tout le monde en parle comme du premier court porno avec un drone, la video s'apparente davantage à un court érotique ou osé.

C'est d'ailleurs tout à leur honneur car les images sont belles ce qui donne un côté beaucoup plus poétique que pornographique, le tout accompagné par une musique signée Taggart et Rosewood.

En France, on a le droit ?

Disons que vous êtes aussi un fana de cinéma pornographique et que vous avez une soudaine envie d'innover dans le milieu, une question se pose : qu'en est-il de la France et de sa réglementation ?

Publicité

Il faut une autorisation de la Direction générale de l’aviation civile pour avoir la possibilité de s’en servir “après étude du dossier de demande en s’assurant en priorité que la sécurité des personnes et des biens est assurée”. En plus de cela, deux autres contraintes : il faut aussi passer une formation “similaire à celle des pilotes d’avions” selon France Info. Deuxième problème : qui dit vidéo au-dessus d’une ville dit possible collecte des données et, ainsi, infraction liée au respect de la vie privée.

À ces indications s'ajoutent deux contraintes :

- vous ne pouvez pas utiliser un drone à proximité d'une agglomération ou d'une communauté, de personnes ou d'animaux;

- vous ne pouvez pas utiliser un drone à proximité de zones sensibles, comme une centrale nucléaire - trois personnes, innocentées qui étaient proche de celle de Belleville peuvent vous en dire quelque chose, un terrain militaire ou tout simplement une zone réglementée.

Vous êtes prévenus.

Par Anaïs Chatellier, publié le 07/11/2014

Copié

Pour vous :