Portraits de femmes enceintes et sans domicile fixe

Depuis huit ans, la photographe Keri Vaca immortalise la grossesse de femmes qui vivent dans la pauvreté. Une manière de leur redonner confiance et de célébrer la maternité tout en les aidant à s'en sortir. 

(crédit Image : Keri Vaca)

Crédit image : Keri Vaca

La portraitiste Keri Vaca photographie depuis de nombreuses années la beauté de la maternité. Son travail quotidien l'a ainsi amené à s'intéresser à ces femmes qui, contrairement à ses clientes habituelles, n'ont pas les moyens d'immortaliser cette période importante de leur vie. Souvent victimes de violences conjugales, passées par des périodes d'extrême pauvreté et parfois même de toxicomanie, les femmes que Keri Vaca photographie depuis huit ans sont pour la plupart des sans-abris.

Publicité

Leur point commun, au-delà de leur grossesse, c'est d'avoir demandé de l'aide à Homeless Prenatal Program, un organisme à but non lucratif installé à San Francisco qui accompagne chaque année 4 000 femmes enceintes et les aide à retrouver un emploi et un toit permanent. Tous les mois, Keri Vaca s'y rend pour les rencontrer, leur proposer de photographier leur grossesse et leur offrir après l'accouchement plusieurs clichés.

Keri Vaca en séance photo avec une ses futures mamans.

Keri Vaca en séance photo avec une des futures mamans.

Célébrer la maternité en aidant ces femmes

Tout comme ses clientes qui paient pour ses services, elle met ainsi à disposition des tenues de sa collection de vêtements de maternité. "J'aime redonner confiance à ces mamans en leur montrant comment leur grossesse est belle. Ces femmes sont comme moi, elles veulent le meilleur pour leur bébé", explique-t-elle au Daily Mail. Le moment qu'elle préfère c'est d'ailleurs lorsqu'elle retourne son appareil photo, leur montre le résultat et observe alors la joie sur le visage de ses modèles .

Publicité

"Mon but est aussi de passer un bon moment avec elles pendant 10 ou 15 minutes et de leur faire oublier leurs problèmes en se concentrant uniquement sur le fait de célébrer la maternité", confie-t-elle à Life and Style, avant d'ajouter que "cela aurait très bien pu m'arriver aussi, comme à vous, vous n'avez aucune idée de ce par quoi ces femmes sont passées".

(crédit Image : Keri Vaca)

Crédit image : Keri Vaca

C'est aussi pour cela qu'elle demande de ne pas juger ces femmes qui, malgré un environnement loin d'être idéal pour accueillir un enfant, souhaitent réellement s'en sortir. Un point sur lequel Martha Ryan, fondatrice de Homeless Prenatal Program, insiste également auprès du Huffington Post :

Publicité

Voici notre politique : nous ne jugeons pas. Ça fait 25 ans que je fais ce métier et je n’ai jamais rencontré une femme qui voulait faire du mal à l’enfant dans son ventre. Toutes les femmes qui tombent enceintes et décident de ne pas avorter veulent un bébé en bonne santé.  

keri_vaca_homeless_prenatal_program_3

Crédit image : Keri Vaca

(crédit Image : Keri Vaca)

Crédit image : Keri Vaca

Publicité

(crédit Image : Keri Vaca)

Crédit image : Keri Vaca

(Crédit image : Keri Vaca)

Crédit image : Keri Vaca

Par Anaïs Chatellier, publié le 15/05/2015

Copié

Pour vous :