Vidéo : des pochettes de vinyles cultes s'animent et font du beatbox

Nova a repéré un clip dont vous risquez de vous souvenir. Avez-vous déjà imaginé que les personnages sur les pochettes d'albums cultes puissent s'animer et donner de la voix ? Maintenant vous pouvez... et vous ne verrez plus vos pochettes comme avant.

On a tous un copain qui aime tellement les vinyles qu'il fait n'importe quoi avec. Collections improbables d'albums insolites, photos de type "tête à vinyle", ou carrément du bricolage avec les horloges vinyles ou encore des cendriers vinyles... voire même, si le mec est vraiment taré, vendre des vinyles en devenant disquaire.

À notre connaissance, Vania Heymann n'a rien fait de tout ça. D'ailleurs, on ne sait même pas s'il possède le moindre trente-trois tours. Pourtant, la vidéo qu'il a produite pour un clip musical prouve un sacré amour du vinyle.

Publicité

Dans ce film pour la chanson "Mayokero" de Roy Kafri, Heymann a imaginé les meilleures pochettes avec Serge Gainsbourg, Lionel Richie, les Beatles, Abba ou encore Simon & Garfunkel qui animent leurs lèvres au gré d'un tempo de beatbox. Le clip laisse sans voix.


Publicité

Des pochettes de disques vinyles prennent vie dans un clip vidéo by Tuxboard

Publicité

Le retour du MiniDisc est-il possible ?

Drôle de question, n'est-ce pas ? Pourtant, si vous êtes allés jusqu'au bout du clip (et on n'en doute pas), vous avez pu constater que l'intégralité de ce mouvement en reverse concluait sur une scène montrant l'un des personnages jeter ses vinyles afin d'acheter un lecteur de MiniDisc.

Lancé en 1992 par Sony, ce petit appareil était un nouveau format de lecture plutôt plébiscité par certains, mais finalement tué par son prix élevé et l'apparition de l'iPod et du mp3 au début des années 2000.

En septembre 2011, la firme japonaise mettait fin à la production du MiniDisc, après en avoir écoulé environ 22 millions à travers le monde. Le clip de Heymann, en plus d'être plutôt rigolo, offre une petite réflexion sur les formats musicaux, leur vie, leur mort... et peut-être leur retour en force, tout comme celui du vinyle.

Publicité

Par Théo Chapuis, publié le 28/10/2014

Copié

Pour vous :