25 ans de culture rave et d'activisme en photos

Une exposition à Londres, une revue et un site Internet mettent en lumière le travail du photographe Matthew Smith, témoin des mouvements de protestation et acteur de la culture rave depuis les années 1990.

Cette année a déjà été marquée par de nombreuses manifestations. Pensez à la grève des médecins, aux campagnes de sensibilisation à l'empreinte carbone ou encore à la lutte contre le commerce des armes.

Publicité

Les opposants font depuis longtemps partie des débats politiques internationaux et les activistes d'hier sont aujourd'hui souvent du bon côté de la barrière, comme l'explique Matthew Smith.

Ce photographe basé à Bristol a tenté de saisir à travers son art les changements que l'on peut observer dans les manifestations publiques, l'activisme et la culture rave en Angleterre depuis la fin des années 1980.

Cette semaine, le Youth Club et la Doomed Gallery de Londres exposent pour la première fois quelque 50 000 photos de l'artiste couvrant plus de 20 années d'actions publiques.

Publicité

Headlights (Photograph: Matthew Smith/YOUTH CLUB)

Lumière de phares. (© Matthew Smith/YOUTH CLUB)

Le projet Exister pour résister est également visible dans un magazine de 40 pages, en édition limitée, reprenant une sélection minutieuse des photos de l'artiste.

Matthew Jacob se penche ainsi sur la naissance de la rave au Royaume-Uni et sur l'explosion de l'éthique DIY (Do It Yourself, un mouvement anticonsumériste punk) depuis ses origines populaires en passant par sa criminalisation jusqu'à son assimilation dans une nouvelle industrie créative de masse.

Publicité

"Je m'inspire des manifestations politiques et environnementales, et des émeutes occasionnelles qui peuvent s'y produire."

La première manifestation que le photographe a couverte est celle qui luttait contre la Poll Tax (un impôt locatif établi par Margaret Thatcher) en 1990. "Je me suis rendu à Londres en stop et j'ai passé la majeure partie de la journée à essayer de ne pas me faire renverser par les chevaux de la police ou à éviter qu'on me foute le feu," explique Matthew.

"Nous nous sommes ensuite profondément impliqués dans les manifestations écologiques des années 1990, ainsi que dans les combats contre la législation touchant les voyageurs illégaux et les ravers. Nous placions une énorme enceinte stéréo à l'arrière d'un camion et nous mettions la musique à fond pour cette foule immense rassemblée sur Trafalgar Square et devant les chambres du Parlement."

Publicité

Exodus Sound System (Photograph: Matthew Smith/YOUTH CLUB)

Exodus Sound System. (© Matthew Smith/YOUTH CLUB)

Matthew Smith souligne qu'à l'époque, ces manifestations étaient systématiquement associées à la notion de fête et qu'on y retrouvait aussi l'art, la musique et des actions non violentes.  "Une recette très efficace pour faire de la résistance," confie-t-il.

Malheureusement, les choses ont bien changé. Le gouvernement britannique a depuis lors fait passer des lois visant, sous couvert de la menace terroriste, à interdire toutes ces actions qui apportaient une profondeur aux manifestations anticonsuméristes des années 1990.

"Autrefois, les manifestations étaient perçues comme un droit démocratique dont il fallait tenir compte. Aujourd'hui, elles doivent d'abord être autorisées et approuvées avant même d'exister."

Matthew Smith met également le doigt sur les infiltrations de la police secrète aux cours de ces événements. Elles sont trop fréquentes et certains agents infiltrés jouent parfois les fauteurs de troubles.

Lors des manifestations en marge du G20, "au cours desquelles Ian Tomlinson a été assassiné", Matthew a demandé à un photographe de la police quel était son mot d'ordre pour ce genre d'événement. "Prendre les visages", lui a-t-il répondu.

"La caméra tourne non-stop – ça peut toujours servir – et les téléphones portables sont utilisés pour annoter les séquences vidéo et les envoyer à la base pour les soumettre au programme de reconnaissance faciale. Grâce à cela, nous pouvons savoir qui est là, et ces personnes se trouvaient avant la manifestation, et identifier les fauteurs de trouble éventuels", lui explique aussi le policier.

Message Box (Photograph: Matthew Smith/YOUTH CLUB)

Boîte à message. (© Matthew Smith/YOUTH CLUB)

La vidéosurveillance s'est aussi développée ces dernières années et est aujourd'hui couplée avec un programme de reconnaissance faciale utilisée durant les émeutes. Sans oublier l'extraction des données des téléphones portables qui a également pris une certaine ampleur.

"Pour les autorités actuelles, chaque manifestation est non seulement un enjeu de relations publiques mais également une opération de collecte de renseignements."

Mais même si la technologie permet de traquer les protestataires, ces dernières années, les téléphones mobiles et les réseaux sociaux ont permis de faciliter l'organisation des manifestations.

Baseline Crowd (Photograph: Matthew Smith/YOUTH CLUB)

La foule au Baseline. (© Matthew Smith/YOUTH CLUB)

Matthew était jeune et très impliqué dans la culture rave lorsqu'il a commencé à photographier les manifestations. "Les raves unifiaient une tranche de la société britannique qui se rassemblait pour faire la fête", se rappelle-t-il.

"Immortaliser et prendre part aux manifestations contre l'adoption de la législation anti-rave était pour moi un acte de responsabilité sociale."

Le Youth Club a prévu de lancer aujourd'hui même une page Internet regroupant les archives de Matthew Smith accompagnées d'une interview dans laquelle l'artiste partage son expérience de photographe.

L'exposition se tiendra à la Doomed Gallery, à Dalston, Londres. Retrouvez-la ici

Découvrez-en plus sur les archives du site Internet de Matthew Smith et suivez le Youth Club.

Spring Fayre, Llanfair (Photograph: Matthew Smith/YOUTH CLUB)

Foire de printemps, Llanfair. (© Matthew Smith/YOUTH CLUB)

Pile On (Photograph: Matthew Smith/YOUTH CLUB)

Mêlée. (© Matthew Smith/YOUTH CLUB)

G2 Protest (Photograph: Matthew Smith/YOUTH CLUB)

Manifestation contre le G20. (© Matthew Smith/YOUTH CLUB)

Celia (Photograph: Matthew Smith/YOUTH CLUB)

Celia. (© Matthew Smith/YOUTH CLUB)

Valentines Day Peace March (Photograph: Matthew Smith/YOUTH CLUB)

Marche de la paix à la Saint-Valentin. (© Matthew Smith/YOUTH CLUB)

Trafalgar Square (Photograph: Matthew Smith/YOUTH CLUB)

Trafalgar Square. (© Matthew Smith/YOUTH CLUB)

Big Screen Leader (Photograph: Matthew Smith/YOUTH CLUB)

Leader sur grand écran. (© Matthew Smith/YOUTH CLUB)

History (Photograph: Matthew Smith/YOUTH CLUB)

L'histoire. (© Matthew Smith/YOUTH CLUB)

À lire -> À Londres, une expo célèbre 40 ans de dancefloor en photos

Traduit de l'anglais par Erika Lombart

Par Matthew Kirby, publié le 01/03/2016

Pour vous :