AccueilÉDITO

Le génialissime Joan Cornellà expose son humour trash à Paris

Publié le

par Manon Baeza

Avis à tous les amateurs d’humour noir : des œuvres de Joan Cornellà sont exposées dans la galerie parisienne Arts Factory, jusqu’au 26 août.

Joan Cornellà, le plus maléfique/perché des artistes contemporains, investit jusqu’au 26 août les quatre niveaux de la galerie parisienne Arts Factory. Célèbre pour ses créations complètement déjantées et gores, Joan Cornellà – dont les comptes Facebook, Instagram et Twitter totalisent près de 6 millions de followers – est devenu l’une des figures de proue de la BD sur le Web. Autant haï qu’adulé, il est accueilli à peu près partout comme une pop star. En effet, après Bangkok, Shanghai, Hong Kong et New York, le jeune Barcelonais est maintenant de passage à Paris (avant d’enchaîner sur Londres et New York).

La force de Joan Cornellà tient, sans aucun doute, dans sa faculté à tourner en dérision les sujets de société les plus sensibles. Bien que ces dessins soient souvent politiquement incorrects, on doit reconnaître qu’ils nous aident à rire de toute l’absurdité qui nous entoure. À travers une sélection de ses planches épurées, de ses peintures grand format et de ses animations lo-fi hilarantes, les visiteurs sont en totale immersion dans le monde sanglant et sarcastique de l’artiste catalan.

Dénoncer l’absurdité de notre époque

L’humour noir de Joan Cornellà prend forme grâce à des couleurs vives, de la violence gratuite et des décors simples. Un univers tout en paradoxes, qui nous renvoie notamment à Happy Tree Friends. Dans ses œuvres, l’artiste espagnol pointe du doigt la cruauté, les inégalités et l’hypocrisie qui caractérisent notre société. Il n’y a aucun dialogue dans ses créations, les images parlant d’elles-mêmes. Joan Cornellà tourne en dérision absolument tout – du racisme au suicide, en passant par l’infanticide et le handicap –, n’a peur de rien et n’épargne personne. Avec leur regard et leur sourire figés, ses personnages restent constamment stoïques et jubilent tous du malheur des autres.

Les contrastes règnent dans l’univers de Cornellà : il déteste les réseaux sociaux mais leur doit son succès, et ses traits de crayon sont lisses alors que ses sujets sont provocants. C’est certainement pour cela que son humour réussit à plaire dans le monde entier. Avec l’expo "Paris solo show", Cornellà démontre que son humour marche aussi bien sur Internet qu’en galerie – et c’est peut-être cette forme d’art qui risque d’exploser dans les années à venir, tant le Web occupe une place primordiale dans notre société.

Joan Cornellà, "Paris solo show", jusqu’au 26 août à la galerie Arts Factory, 27 rue de Charonne, Paris.
 

À voir aussi sur konbini :