Isaac Asimov, l’un des pères éclairés de la science-fiction moderne. (Crédit image : Omni Magazine, octobre 1989)

Comment Isaac Asimov avait prédit 2014

Peu de noms résonnent aussi fort dans le cosmos que celui d'Isaac Asimov lorsqu'il s'agit de discuter science-fiction. L'auteur du magistral space opera Fondation publiait le 16 août 1964 dans le New York Times une tribune sur le sujet plus que jamais d'actualité aujourd'hui : mais à quoi ressemblera le monde en 2014 ?

Isaac Asimov, l'un des pères éclairés de la science-fiction moderne. (Crédit image : Omni Magazine, octobre 1989)

En 1964, le New York Times demande à l'un des plus grands romanciers de science-fiction de rédiger une tribune dans laquelle il dépeint le monde en 2014, soit cinquante ans plus tard. Konbini a choisi de relever les (nombreux) passages sur lesquels l'auteur de l'ouvrage tutélaire Fondation ne s'est pas trompé.

Publicité

Aussi selon lui, "les hommes continueront de s'éloigner de la nature afin de créer un environnement qui permettra de mieux leur convenir. En 2014, les panneaux électroluminescents seront d'usage courant. Les plafonds et les murs brilleront doucement". Avec la publicité print et vidéo omniprésente, qui peut dire le contraire aujourd'hui ?

À propos des fenêtres, Isaac Asimov imaginait que nous n'en aurions plus vraiment besoin, qu'elles ne serviraient plus qu'à donner une touche "d'archaïque" à certains intérieurs. Mais il pensait surtout que "le degré d'opacité du verre se modifiera automatiquement en fonction de l'intensité de la lumière qui lui tombe dessus". Ce qui est tout à fait possible aujourd'hui.

Bien qu'Isaac Asimov ait prédit que la nourriture et les repas seront concoctés à l'avance par des machines, il suppose toutefois que l'homme restera intéressé quant à cuisiner : "Je suspecte, cependant, que même en 2014, il sera toujours envisageable de garder un petit coin de la cuisine où les plats les plus particuliers seront préparés à la main, spécialement lorsqu'on attend de la compagnie". Eh bien oui : pour le reste, en 2014, "des déjeuners et des dîners complets, avec la nourriture semi-préparée, seront stockés dans le congélateur".

Publicité

Robots

Commence alors une grande partie où Asimov parle des robots, "ni très communs ni très bons" en 2014, mais parfaitement réels. Il imagine alors l'existence, 50 ans plus tard, d'un robot femme de ménage, "grand, maladroit, lent mais capable d'un ramassage général, de gérer l'organisation, le nettoyage et la manipulation de divers appareils".

Si la description des robots décrite par Asimov est un peu loin de notre réalité, il a pu voir extrêmement juste sur d'autres choses, comme l'usage d'appareils électriques au quotidien : 

Les appareils de 2014 n'auront pas de cordons électriques, bien sûr, car ils seront alimentés par des piles à long terme.

Publicité

Ou encore les panneaux solaires : "Les grandes centrales d'énergie solaire seront également en vigueur dans un certain nombre de zones désertiques et semi-désertiques - Arizona, le Néguev, au Kazakhstan. Dans les zones les plus encombrées, soumises à des temps nuageux ou au smog, l'énergie solaire sera moins pratique."

"Pour des voyages de courte durée, des trottoirs roulants (...) feront leur apparition dans certaines sections du centre-ville". Oui, un peu comme certains bandeaux roulants bien connus des usagers de certains points névralgiques de Paris, par exemple.

Télécommunications

L'une des prévisions les plus claires - et donc les plus fascinantes - du romancier reste sans doute celle-ci :

Publicité

Les communications intégreront le son et l'image, vous verrez et entendrez la personne avec qui vous téléphonez. L'écran pourra être utilisé non seulement pour voir les personnes que vous appelez, mais aussi pour consulter des documents et des photographies, ainsi que lire des passages de livres. Grâce à des satellites planant dans l'espace, il sera possible de vous connecter en ligne directe à n'importe quel endroit sur la terre, y compris les stations météorologiques de l'Antarctique.

Une prévision brillante puisque ce bouleversement des télécommunications a clairement été le boom technologique le plus ressenti au quotidien par les humains. En terme de navigation spatiale, bien qu'Asimov ait prévu à tort la colonisation de la Lune, il commet un sans-faute en ce qui concerne Mars : "En 2014, seuls des vaisseaux sans équipage auront atterri sur Mars, même si une expédition habitée sera en travaux".

Sa vision du tube cathodique en 2014 est juste, une fois de plus : "L'écran mural remplacera le poste de télévision (...). On pourra voir des performances de ballet en 3D". Reste qu'Isaac Asimov prévoyait que l'homme aurait déjà opté pour des cubes transparents qui remplaceront la télévision grâce à leur capacité à être regardé depuis plusieurs angles. Raté, Isaac.

Prévision : 6,5 milliards d'individus en 2014

Il a eu plus de chance pour donner une approximation de la population humaine : "En 2014, il est fort probable que la population mondiale sera de 6,5 milliards et la population des États-Unis sera de 350 millions d'individus". À peu de chose près, Isaac Asimov est dans les clous. La population mondiale est estimée aujourd'hui à 7,2 milliards d'individus et on compterait 320 millions d'Américains.

Gastronomie, désormais. Selon Asimov, "L'agriculture ordinaire suivra avec beaucoup de difficultés et il y aura des "fermes" qui se tourneront vers des micro-organismes plus efficaces. Des levures et des algues seront produites et transformées, disponibles dans une grande variété de saveurs. En 2014, un salon mettra en vedette un bar à algues où une "maquette de dinde" et un "pseudo steak" seront servis. Il ne sera pas mal du tout (si vous pouvez vous les offrir), mais la résistance psychologique sera considérable pour une telle innovation".

Mais là où Asimov semble avoir tapé le plus juste, c'est au sujet des inégalités mondiales :

Bien que la technologie sera toujours au service de la population d'ici à 2014, ce ne sera que grâce à un effort suprême et son succès ne sera que partiel. L'intégralité de la population mondiale ne profitera pas pleinement de ces avancées technologiques. Une partie plus importante qu'aujourd'hui en sera privée et bien que ces gens vivront matériellement mieux qu'aujourd'hui, ils auront encore plus de retard à rattraper par rapport aux parties avancées du monde. Relativement aux populations des contrées développées, ils se sont déplacés vers l'arrière.

Et pour résoudre ces inégalités, un système d'éducation qui aura dû être totalement repensé, au service de notre usage des robots et autres machines : "Les bases de la technologie informatique seront enseignées à tous les élèves de l'université. Aussi, ils seront compétents en arithmétique binaire et seront formés à la perfection dans l'utilisation des langages informatiques".

En 2014, soyez psychiatre ou bien artiste

Ne vous méprenez pas : Isaac Asimov ne décrivait pas un monde de béatitude qui allait se sauver seul par ses propres avancées technologiques. Selon lui, au contraire, le revers de la médaille aurait des conséquences désastreuses sur le moral des humains, soumis à un ennui omniprésent, vecteur de développement inversement proportionnel du métier de psychiatre :

Même ainsi, l'humanité vivra très mal sa maladie : l'ennui. Il se propagera un peu plus largement et intensément chaque année. Ce mal aura des conséquences mentales, émotionnelles et sociologiques sérieuses, et j'ose dire que la psychiatrie sera de loin la spécialité médicale la plus importante en 2014. Les quelques chanceux qui auront un travail créatif de quelque sorte que ce soit seront considérés comme la véritable élite de l'humanité, car eux seuls feront plus que servir une machine".

Et de terminer sur ces quelques mots : "En effet, la spéculation la plus sombre que je peux faire au sujet de 2014 est que dans une société de loisirs forcés, le mot le plus glorieux dans notre vocabulaire sera le mot "travail!".

Par Théo Chapuis, publié le 02/01/2014

Copié

Pour vous :