featuredImage

En images : les barrières entre riches et pauvres dans les villes d'Afrique du Sud

Le photographe Johnny Miller a utilisé un drone pour mieux montrer la frontière géographique entre les riches et les pauvres, et souligner comment les villes d'Afrique du Sud sont encore marquées par l'apartheid. 

Pendant plus d’un demi-siècle, l'apartheid a divisé l'Afrique du Sud et son système de ségrégation raciale a marqué l’architecture du pays.

Entre 1948 et 1991, la ségrégation a donné le droit au gouvernement de contrôler la communauté noire et de réduire son accès à l’éducation et aux ressources, ce qui a entraîné une énorme inégalité des richesses.

Outre ces inégalités raciales, économiques et civiques, l’architecture a joué un rôle central dans le creusement de cette division. Avant l’arrivée des années 1990 et la fin de la ségrégation, les routes, les rivières, les champs et les murs avaient délimité des "zones tampons" qui séparaient les gens selon leur origine ethnique et leur statut.

Le photographe Johnny Miller, basé au Cap, a utilisé un drone pour immortaliser cette "architecture de l’apartheid" et montrer les frontières physiques de l’inégalité.

La série de photos "Unequal scenes" ("scènes inégales"), réalisée avec un drone, montre des zones du Cap, de Johannesburg et Durban qui prouvent que, même dans une société post-apartheid, le paysage urbain est encore marqué par l'époque où le racisme était institutionnalisé.

"Vingt-deux ans après la fin de l’apartheid, beaucoup de ces barrières, et les inégalités qu’elles ont engendrées, existent encore", explique Johnny Miller.

Kya Sands/Bloubosrand, Johannesburg (Photo: Johnny Miller)

"L'histoire de Kya Sands est faite de cendres, de fumée et de promesses brisées." Kya Sands/Bloubosrand, Johannesburg. (© Johnny Miller/Millefoto)

"Existing in this 'middle space' reinforces the notion of living on the fringe, alienated and marginalised." Strand/Nomzamo, Cape Town (Photo: Johnny Miller)

"Cet 'espace du milieu' renforce l'idée d'aliénation et de marginalisation." Strand/Nomzamo, Le Cap. (© Johnny Miller/Millefoto)

"The graves and the shacks, side by side, were extremely eerie to me. I imagined that the ghosts of one haunt the ghosts of the other." Vusimuzi/Mooifontein Cemetery, Johannesburg (Photo: Johnny Miller/Millefoto)

"La juxtaposition des tombes et des huttes me semblait très inquiétante. J'imaginais que les fantômes de l'un hantaient les fantômes de l'autre." Vusumuzi/Mooifontein Cemetery, Johannesburg. (© Johnny Miller/Millefoto)

Sur ces photos, on peut voir des habitations de luxe, avec des piscines et des jardins. À quelques mètres de ces quartiers de banlieue verdoyants, se trouvent des cabanes en étain installées sur des terres poussiéreuses. Ces lieux sont souvent séparés par un lac ou un terrain de golf, ou parfois juste une haie.

"Les différences entre les modes de vie des gens sont parfois difficiles à percevoir depuis le sol, explique Miller. Ce qui est beau quand on peut voler, c’est qu’on peut observer les choses selon une nouvelle perspective, voir les choses telles qu’elles sont vraiment." Il précise :

"Certaines communautés ont été expressément dessinées avec cette séparation en tête, et certaines ont grossi plus ou moins naturellement.

En apportant une nouvelle perspective à un vieux problème, j’espère faire naître un dialogue sur les problèmes d’inégalités et de droits de manière constructive et paisible."

Pour découvrir plus de photos et connaître l’histoire de ces quartiers, rendez-vous sur le site d’Unequal Scenes et suivez Johnny Miller.

"In a twist of irony, the golf course is named after an apartheid-era golfer of Indian descent, named Sewsunker 'Papwa' Sewgolum." Papwa Sewgolum Golf Course, Durban (Photo: Johnny Miller)

"Ironiquement, le terrain de golf a été nommé d'après Sewsunker 'Papwa' Sewgolum, un golfeur d'origine indienne qui a vécu sous l'apartheid." Papwa Sewgolum Golf Course, Durban. (© Johnny Miller/Millefoto)

"The line of trees which divides the two hides what I can only assume is a heavily fortified fence." Hout Bay, Cape Town (Photo: Johnny Miller/Millefoto)

"La rangée d'arbres qui divise les deux zones cache ce qui est selon moi une clôture hautement fortifiée." Hout Bay/Imizamo Yethu, Le Cap. (© Johnny Miller/Millefoto)

" I see the wetlands between them as a sort of no-man’s land; an area too scary to venture into from either side." Masiphumelele/Lake Michelle, Cape Town (Photo: Johnny Miller/Millefoto)

"Je vois les zones humides entre les deux comme une sorte de no man's land, une zone trop dangereuse pour s'y aventurer de part et d'autre." Masiphumelele/Lake Michelle, Le Cap. (© Johnny Miller/Millefoto)

"The visual difference between the two is stark." Vukuzenzele/Sweet Home, Cape Town (Photo: Johnny Miller, Millefoto)

"La différence visuelle entre les deux est frappante." Vukuzenzele/Sweet Home, Le Cap. (© Johnny Miller/Millefoto).

Traduit de l’anglais par Hélaine Lefrançois

Par Olivia Cassano, publié le 21/06/2016

Copié