featuredImage

En images : il entasse des déchets pendant 4 ans pour dénoncer le consumérisme

Depuis 2011, Antoine Repessé conserve les emballages des produits qu'il consomme. Tous ces déchets se retrouvent au cœur d'une série de photos qui attire l'attention sur le gaspillage et la société de consommation. 

antoine-repesse-unpacked-1

(© Antoine Repessé)

Si vous aviez visité la maison du photographe français Antoine Repessé il y a quelques années, vous l’auriez probablement pris pour un écureuil fou qui n’arrive pas à dire adieu à ses poubelles. Mais ce n'était pas le cas.

En 2011, le photographe a arrêté de jeter tous ses déchets recyclables et les a conservé dans son appartement. Il a rangé chaque emballage par type dans différentes pièces. Au début, les ordures ne couvraient que le sol, mais rapidement, les tas ont grossi et ont envahi tout l’espace restant. Mais pourquoi faire ça, vous demanderez-vous ?

Antoine Repessé voulait attirer l’attention sur la quantité de déchets qu’un consommateur lambda produit aujourd’hui. Il s’est dit que ce projet très visuel serait plus efficace que des discours pour aborder le problème délicat du développement durable et du traitement des déchets.

Pendant plus de quatre ans, Antoine Repessé et ses amis ont donc collectionné environ 70 mètres cubes de déchets que le photographe a utilisé pour une série de photos, "#365 Unpacked", qui lui a valu la troisième place aux Sony World Photography Awards dans la catégorie "campagne professionnelle" cette année.

"Une image peut avoir plus d’impact qu’un tonne de mots"

Au total, Antoine Repessé a fini par entasser 1 600 bouteilles de lait, 4 800 rouleaux de papier toilette et 800 kilos de journaux. "J’étais curieux de voir comment un objet pouvait perdre sa singularité quand il commençait à faire partie d'une masse. On nous parle souvent de la quantité de déchets que nous produisons, mais je pense qu’une image peut être plus puissante et peut avoir plus d’impact qu’un tonne de mots", explique Antoine Repessé à Konbini.

Le photographe a commencé le projet après avoir pris conscience de la quantité de déchets qu'il produisait à cause de son addiction à la bouffe surgelée. Il a aussi réalisé que les consommateurs étaient obligés de payer les produits plus chers à cause de leur emballage. "Prenez l’exemple du paquet Nespresso… Il coûte 45 fois le prix qu’il devrait coûter", affirme-t-il.

Si beaucoup d’entreprises modernes mettent en place des initiatives pro-environnementales et défendent le développement durable, la clé du véritable changement est entre les mains des consommateurs. Antoine Repessé espère que ses photographies contribueront à faire évoluer les mentalités pour que nous puissions vivre dans un monde meilleur, plus respectueux de l'environnement et plus sain.

antoine-repesse-unpacked-2

(© Antoine Repessé)

antoine-repesse-unpacked-3

(© Antoine Repessé)

antoine-repesse-unpacked-4

(© Antoine Repessé)

antoine-repesse-unpacked-5

(© Antoine Repessé)

antoine-repesse-unpacked-6

(© Antoine Repessé)

antoine-repesse-unpacked-7

(© Antoine Repessé)

antoine-repesse-unpacked-8

(© Antoine Repessé)

Traduit de l'anglais par Hélaine Lefrançois

Par Justina Bakutyte, publié le 25/04/2016