Hassan Hajjaj photographie les bikeuses marocaines

Pour la première fois, le travail du photographe londonien d'origine marocaine Hassan Hajjaj est mis à l'honneur à New-York, à la Taymour Grahne Gallery, après son passage au Quai Branly à Paris en octobre 2010. On y retrouve sa célèbre série Kesh Angels qui immortalise en partie les bikeuses marocaines de façon décalée. Les femmes sont voilées, mais avec des foulards Nike. Leurs djellabas sont multicolores et leurs babouches customisées.

En plus d'une mise en scène remarquable et d'une profusion de couleurs jouissives, le cadre de chaque cliché est fait de canettes de soda ou de légos, et vient rajouter une dimension pop à l'ensemble. A la limite de la photo de mode, sa série marie et détourne habilement les codes orientaux et occidentaux.

Interrogé par Slate en 2010, le photographe évoquait l'utilisation des marques avec malice :

Publicité

Les marques sont rassurantes. Elles attirent l’œil de suite, on les reconnaît. Elle créent un sentiment amical sur un objet qui, souvent, suscite le rejet.

Comme de doux paradoxes.

Crédit image : H. Hajjaj

Publicité

Crédit image : H. Hajjaj

Crédit image : H. Hajjaj

Crédit image : H. Hajjaj

Publicité

Crédit image : H. Hajjaj

Par Constance Bloch, publié le 05/02/2014

Copié

Pour vous :