AccueilÉDITO

Expo : de Lichtenstein à Warhol, le pop art revient en force au musée Maillol

Publié le

par Manon Baeza

Jusqu’au 21 janvier, le musée parisien expose des œuvres provenant du Whitney Museum of American Art, de New York.

Ce vendredi 22 septembre, le musée Maillol a inauguré l’exposition "Pop Art – Icons That Matter". L’événement met à l’honneur une collection lancée par la célèbre mécène Gertrude Vanderbilt Whitney, qui aujourd’hui appartient au Whitney Museum of American Art de New York, véritable temple de l’art américain du XXe siècle. Cette exposition sur deux étages accueille certaines des pièces maîtresses du pop art, le courant artistique phare des années 1960-1970. La collection, qui est organisée par artiste, présente une soixantaine d’œuvres sur différents médias. Afin de représenter au mieux la diversité de ce courant artistique, la collection inclut donc diverses techniques et propositions artistiques, avec de la photographie, de la peinture, de la lithographie, de la sérigraphie et de la sculpture.

"Pop Art – Icons That Matter" a pris le parti de convoquer aussi bien des figures majeures du mouvement – telles que Roy Lichtenstein, Andy Warhol, Robert Rauschenberg et Jasper Johns – que des artistes américains moins connus en France, comme George Segal, May Stevens ou encore John Wesley. Aussi, cette collection nous prouve que le pop art n’est pas que new-yorkais, de nombreux artistes de Los Angeles étant également exposés.

Le mouvement Pop Art américain

C’est au début des années 1960, alors que les États-Unis connaissent un boom économique sans précédent, que le pop art est apparu. À cette époque, l’expressionnisme abstrait prédominait : c’est en réaction à ce mouvement qu’émerge toute une nouvelle génération d’artistes. Ces derniers ont une tout autre approche de l’art que leurs aînés, puisqu’ils ont recours à des images et symboles du quotidien dans lesquels tout le monde peut se reconnaître. Cela regroupe aussi bien la télévision, que les affiches publicitaires, la nourriture ou la bande dessinée. En parallèle, le développement de la société de consommation de masse fut une réelle source d’inspirations pour tous ces artistes.

Le pop art est facilement identifiable par son recours à des aplats de couleurs uniformes et intenses, inspirés par la technique du "hard-edge". L’ironie étant l’un des maîtres-mots du mouvement, des figures américaines iconiques telles que Marilyn Monroe ou Jackie Kennedy étaient invoquées aussi bien pour célébrer que pour critiquer "l’American way of life". Il a longtemps été reproché au pop art d’être trop équivoque et trop facile, ne réclamant ni effort intellectuel ni sensibilité. Cependant, comme nous pouvons le constater à travers cette exposition, ce mouvement révolutionnaire n’a pas pris une seule ride et reste toujours d’actualité.

L’exposition "Pop Art – Icons Matter" se tient jusqu’au 21 janvier 2018. Pour plus d’informations, c’est par ici.

À voir aussi sur konbini :