AccueilÉDITO

Dans les archives photo de la police scientifique de Los Angeles

Publié le

par Constance Bloch

Au Paris Photo Los Angeles, des archives inédites de la police de Los Angeles ont été présentées lors d'une exposition. À la frontière d'Hollywood et de la réalité criminelle de la cité des anges, des années 20 aux années 60.

Dans le cadre de Paris Photo Los Angeles qui se tiendra du 25 au 27 avril prochain, une exposition incroyable s'est installée au cœur des studios de la Paramount. Si à première vue, on pourrait croire qu'il s'agit de clichés issus d'un film d'Hitchock ou d'Howard Hawks, ces photographies n'ont pourtant rien d'une fiction. Elles nous entraînent dans les recoins du crime de la Cité des Anges.

Exhumées en 2001 des archives du Los Angeles Police Departement, les photographies oubliées pendant un demi-siècle ont été prises par des enquêteurs sur les scènes de crime avec un soin minutieux des années 20 aux années 60 : le cadrage et la lumière sont parfaitement maîtrisés pour un rendu très cinématographique. Comme un clin d'oeil à cette esthétique de film noir, les organisateurs ont choisi d'exposer les clichés dans les derniers studios encore situés à Hollywood.

D'après Julien Frydman, directeur de Paris Photo, "les images rappellent les films noir et même des oeuvres plus récentes, mais ce sont bien des photos d'évènements réels et non des mises en scène".

Un corps autour duquel a été tracé de la craie, deux balles qui forment des yeux, le cadavre d'un homme mort à l'arrière d'une voiture qui tient encore un flingue dans la main, un détective qui arrive sur les lieux d'un crime au bas d'une falaise ou Frank WP Howard, un bras sur la poitrine. Non, il ne s'agit pas d'un personnage de L.A. Confidential mais d'un kidnappeur bien connu des services de police au début des années 30.

Afin de réunir les images nécessaires à l'exposition Unedited ! : The LAPD Photo Archives, l'officier - et photographe - Merrick Morton, qui dirige la galerie Foteka, a passé des heures à examiner un million de négatifs souvent macabres pour en extraire les plus prenants. Ils provenaient tous de la Special Investigations Division, un labo de la police scientifique du Los Angeles Police Department.

Scène de crime, 1950 © LAPD

À voir aussi sur konbini :