Docu : Shepard Fairey, l'homme qui se cache derrière Obey

Les street-artists englobent bien des mystères. Mais si certains, à l'image de Banksy, désirent rester dans l'anonymat, d'autres n'hésitent pas à lever le voile sur leur identité. C'est le cas de Shepard Fairey, l'homme qui se cache derrière l'empire Obey, et à qui le réalisateur  dédie aujourd'hui un documentaire.

Intitulé Obey This Film, ce court métrage revient sur la carrière de l'artiste, depuis ses débuts dans le skateshop où il travaillait jusqu'à l'élection de Barack Obama en 2008, où son poster HOPE entre dans l'histoire de la pop culture. Sur son compte Vimeo, le réalisateur Brett Novak ajoutait ces quelques mots :

Il y a quelques mois, le Halsey Institute of Contemporary Art de Charleston, en Caroline du Sud, m'a commandé un court métrage sur le notoire street-artist qui se cache derrière Obey : Shepard Fairey. Je connaissais évidemment son travail [...] mais je n'aurais jamais imaginé qu'il s'avèrerait être si inspirant.

Publicité

Des rampes de skate au statut d'icône

Au cours de ce documentaire biographique, Shepard Fairey revient sur son art, ses influences et la génèse d'André The Giant, dont il a fait sa signature. Né dans une petite ville en Caroline du Sud, où il grandit en écoutant les Dead Kennedys et autres Sex Pistols, son intérêt pour le graphisme se développe d'abord par la culture skate, avec des artistes comme Jim Phillips de Santa Cruz, Vernon Courtland Johnson de Powell Perrata ou encore Pushead de Zorlac.

Obey This Film est une plongée fascinante dans l'évolution artistique de Shepard Fairey, mêlant entretiens, sessions pochoir et images d'archives, qui permet de comprendre comment ce skateur de Caroline du Sud a fini par devenir une des figures majeures du street-art contemporain.

Publicité

Par Naomi Clément, publié le 05/06/2014