Comment j'ai enfin réussi à méditer en flottant dans une bulle d'isolation sensorielle

À la découverte de l'isolation sensorielle, un voyage à l'intérieur d'une bulle dans laquelle on s'allonge pour flotter sur de l'eau saturée en sel d'Epsom.

img_3336

La méditation, de fail en fail ?

Je n'ai jamais compris le concept de méditation. J'ai souvent envie de claquer les gens qui disent méditer tous les matins pendant dix minutes. Et qui te disent tout le bien que ça leur fait.

Enfin, comment ça, mon gars ? Genre, TOI, t'as la capacité à t'extraire des situations, t'extraire du contexte, t'extraire de toi-même au réveil ? Euh, moi perso, quand je regarde la gueule de mon appart' le matin, je vois pas comment je pourrais trouver une quelconque forme de paix en moi, lorsque c'est un putain de bordel et que je ne trouve plus de culotte propre.

Arrête de me bombarder avec tes articles pour personnes en cire du genre "Why waking up at 5 is the key to feeling happier?" On doit pas être fait du même sang, mais pour moi, ça marche pas ce genre de délire, ça ne me fait que me sentir plus mal.

Oh non, je t'arrête tout de suite, je te vois venir. Ne commence surtout pas à me dire que je devrais tester le yoga. J'ai essayé le yoga, mais faire des bruits étranges du genre "OOMMMM", moi ça me met vraiment super mal à l'aise. Enfin c'est indécent, ces bruits-là. Chut ! Chut ! J'ai dit chut !

a07343bc3fa2e34f3ce6eab1e1638706a725c8931d139c6bee37f64181857645

Faire l'étoile à la piscine

Bref. Puis un jour, je suis tombée sur un article américain qui parlait de méditation dans l'eau. Ça a vachement attisé ma curiosité, car n'ayant vécu que des gros "fails" niveau méditation mais étant très à l'aise dans l'eau et étant persuadée d'avoir été une sirène dans une vie antérieure, je me suis dit que je tenais peut-être une piste.

Je vais souvent à la piscine, et le truc le plus proche de la méditation que j'avais jamais vécu, c'est quand je faisais l'étoile sur le dos dans la ligne des gens qui nagent à deux à l'heure et que je restais comme ça, à fixer le plafond, en pensant à rien, avec mes oreilles qui écoutaient les sons de la piscine sous l'eau.

simpsonstank1

Flotter en apesanteur

C'est comme ça que j'ai tapé sur Google un truc du genre "méditation eau" et que j'ai atterri sur un site qui parlait d'isolation sensorielle dans une bulle de flottaison. Le concept m'a intriguée.

Il s'agit d'une technique de relaxation qui consiste à se plonger dans un caisson rempli d’eau saturée en sel d'Epsom. Le sel permet d'obtenir une eau 5 fois plus concentrée en sel que la mer Morte, dans laquelle le corps flotte alors sans aucun effort ! Dans cette bulle, on est isolé du bruit et on est plongé dans le noir. En fait, le cerveau est en situation d'isolation sensorielle complète. Aucun des cinq sens n'est sollicité, et même des capacités auxquelles on ne pense pas, comme le sens de l'équilibre ou la perception de la température sont mis au repos forcé. Une sorte de repos absolu.

img_3243

Peu connue en France, cette technique de relaxation est très populaire dans le reste du monde. Alors ouais, on peut vite se demander ce qui a vrillé dans la vie moderne pour que nous ayons besoin d’entrer en apesanteur dans le noir pour se relaxer ? Va t-on vivre dans un futur où il faudra payer pour avoir accès à des espaces de silence ? Car dans notre monde toujours plus connecté, où le cerveau humain est sans cesse sollicité, se retrouver soi-même est souvent difficile.

Évidemment, curieuse que je suis, j'ai pris un rendez-vous dans le premier véritable centre de flottaison parisien. Je me suis rendue à Bastille chez Bulles à Flotter avec beaucoup de questionnements :

  • Que se passe-t-il quand on occulte tous ses sens ?
  • Est-ce que je vais enfin pouvoir méditer ou est-ce que je vais grave me faire chier ?
  • Est-ce que le sel va me piquer la cha... ?

Flotter comme en apesanteur, coupé du monde extérieur et concentré sur soi-même, c'est ce que propose les Bulles à Flotter avec ses trois caissons de flottaison. Ma séance va durer une heure.

img_3333

Je rentre dans la salle, la bulle de flottaison est belle. On dirait une sorte de vaisseau "alien", tout blanc, tout lisse. J'ai hâte. Après une rapide douche, j'entre à poils dans le caisson et je le referme. Il ne vaut mieux pas être claustrophobe, mais pour ma part, je trouve qu'il y a beaucoup d'espace.

Dans le caisson, un bouton me permet de choisir la couleur de l'ambiance lumineuse mais je décide d'éteindre immédiatement et complètement la lumière. Je me glisse totalement dans l'eau et hop, mes jambes s'allongent et flottent d'elles-mêmes, je pose ma tête dans l'eau et elle flotte aussi, sans aucun effort. L'eau me porte vraiment ! J'ai tendance à essayer de "tenir ma tête", j'ai du mal à réaliser que je peux la laisser dans l'eau sans contracter aucun muscle. L'eau salée ne me pique pas, mais il faut dire que j'ai fait attention, je n'ai pas de coupure et je ne me suis pas épilée récemment.

L'eau est plutôt très sirupeuse, très douce, très enveloppante, on dirait de l'huile. La musique faite par les vagues s'arrête au bout de cinq minutes et me voilà, toute seule, avec moi-même, dans le noir en train de flotter dans cette bulle. La situation est assez insolite. J'ai d'abord envie de rire tellement c'est absurde, mais vite, je ferme les yeux.

L'oubli de soi

Je m'oublie. Je ne sais absolument pas ce que j'ai fait pendant une heure. Je me suis laissée aller. J'ai pensé sans penser. Mon cerveau a fait sa vie tout seul. J'ai fait le vide. J'ai perdu toute notion de temps et d'espace. Je ne savais plus vraiment dans quel sens je me trouvais. J'ai eu l'impression de partir à la dérive dans l'eau, mais de façon extrêmement agréable. Je ne crois pas avoir dormi, j'ai fait des rêves lucides. J'ai rarement ressenti une telle sensation de confort, comme une sorte de retour dans le ventre maternel. La sensation d'être protégée de tout, dans un calme absolu.

L'impression de vivre, mais sans subir la vie. En fait, je n'avais jamais vécu la simple sensation "d'être". Réussir à "être" sans "faire", c'est ça que j'ai vécu à l'intérieur de cette bulle. Quand les lumières se sont rallumées, une heure après, j'ai eu l'impression que la séance avait duré 15 minutes seulement. Et après des années de recherche et d'échecs, j'ai enfin compris ce que voulait dire "méditer" ou "rentrer en soi". Chose que je n'avais jamais jamais jamais réussi à faire.

Vincent, le créateur du centre, me demande comment s'est passée mon expérience à la sortie. Je lui demande ce que lui racontent ses autres clients. Il m'explique que parfois, certaines personnes ont des hallucinations lors de leurs isolations sensorielles ou même carrément des expériences de sortie de corps. Une étude a effectivement prouvé que les caissons d’isolation sensorielle ont effectivement la capacité à créer un environnement favorable à l’apparition de phénomènes de types hallucinogènes. Je regrette de ne pas en avoir eu une. La prochaine fois peut-être ?

Un délire de hippie ? Non, un délire de scientifique !

Vous allez sans doute penser que c'est un délire de hippies ou de meufs qui passent leur vie à faire des thalasso. Et bien non, c'est avant tout un délire de scientifique ! L’isolation sensorielle par la flottaison est née aux États-Unis et a été mise au point à l’origine pour les besoins de recherches scientifiques du neuropsychiatre John C. Lilly.

i9qdiax-700x525

Stranger Things. (© Netflix)

Son objectif était de mieux comprendre le fonctionnement du cerveau et de ses sources d’énergie. À l’époque, on pensait que si on coupait le cerveau de toute stimulation extérieure, celui-ci tomberait automatiquement dans un état de sommeil. John C. Lilly a voulu tester cette hypothèse avec la mise au point du caisson d’isolation sensorielle. Ce n’est que dans les années 1970 que l’on a commencé à comprendre les bienfaits thérapeutiques de la pratique de la flottaison avec les études de Peter Suedfeld et Roderick Borrie de l’université de British Columbia au Canada. Depuis, de nombreuses recherches ont prouvé l'efficacité de l'isolation sensorielle sur le stress, l'anxiété, la dépression et la fibromyalgie, mais aussi sur les performances mentales et sportives. La Nasa a intégré la flottaison aux programmes d’entraînement des astronautes, notamment pour habituer le corps aux situations d’apesanteur.

Mais comment ça marche?

L’activité du cerveau est caractérisée par différents rythmes, les rythmes cérébraux. Ces rythmes sont composés d’ondes électromagnétiques qui diffèrent selon l’état psychologique du sujet. En état d’éveil, le cerveau génère la plupart du temps des ondes de type alpha et bêta, bien visibles sur un électroencéphalogramme cérébral. Les ondes delta, par exemple, sont caractéristiques du sommeil profond.

stranger-things-isolation-tank-1

Stranger Things. (© Netflix)

L’isolation sensorielle permet de générer des ondes thêta qui sont normalement observables juste avant l’endormissement ou juste après le réveil, et qui sont également caractéristiques des états d’hypnose ou de méditation, ainsi que de la mémorisation d'information. Sauf que dans le cas de l’isolation sensorielle, ces ondes thêta sont obtenues de manière parfaitement consciente.

Pour tester

Si vous voulez tester, il faut prendre rendez-vous (01 43 42 23 95) chez Bulles à Flotter, qui se situe au 32 boulevard de la Bastille à Paris.

Les séances durent une heure et demie au total dont 1 heure dans l’eau. Le prix d’une séance est de 70 euros pour une personne seule et les prix sont dégressifs en fonction du nombre de séances achetées. L’offre "duo", idéale pour ceux qui veulent venir à deux (mais chacun son caisson !) est à 60 euros par personne.

img_3215

Par Dora Moutot, publié le 16/12/2016

Pour vous :