AccueilÉDITO

En images : confiez votre secret à cet artiste, il fera votre portrait

Publié le

par Alexandra Phanor-Faury

De nombreux anonymes sont soulagés de pouvoir lui confier ce qu’ils ont à cacher.

Certains secrets peuvent être lourds à porter. Des études ont montré que garder pour soi des informations confidentielles peut affaiblir le système immunitaire, augmenter la tension, les pertes de mémoire, et même causer des problèmes gastro-intestinaux. Mais il n’est pas toujours possible de révéler les vérités cachées. L’illustrateur philippin Terence Eduarte (@trnz.eduarte) a compris la valeur cathartique de la vérité, particulièrement lorsque l’on se confie à un inconnu.

Il a décidé de venir en aide à des gens qui se soulagent de manière anonyme du fardeau de leurs secrets, qu’ils soient petits, grands, un peu idiots ou scandaleux, par le biais de son projet artistique intitulé 100 Days of Secrets ("100 jours de secrets").

Un amour non réciproque

"Je suis amoureux de ma chanteuse préférée qui vit à l’autre bout du monde. Je lui écris souvent des lettres et j’espère être son ami un jour."

L’ami imaginaire

"J’ai créé une amie imaginaire pour affronter ma dépression. Maintenant je veux la faire disparaître, mais elle ne cesse de revenir."

À 24 ans, l’artiste et directeur artistique a demandé à ses amis et à des inconnus partout dans le monde de partager un secret avec lui, en échange de quoi il crée leur portrait gratuitement.

Qu’il s’agisse de la révélation d’une infidélité, le rêve de devenir une star du porno, l’aveu de la haine de ses amis ou le récit d’un traumatisme de l’enfance, les secrets sont très différents. Dans une interview pour le Huffington Post, Terence Eduarte indique qu’il n’a pas eu de mal à trouver des gens prêts à confier leurs secrets :

"Beaucoup de gens qui m’ont écrit m’ont dit que cela ne les dérangeait pas si je ne pouvais pas les inclure dans le projet. Ils voulaient juste partager leur fardeau avec quelqu’un."

Ses portraits colorés préservent l’anonymat des sujets car ils ne sont dessinés que de dos, et en évitant les signes distinctifs qui pourraient permettre de les identifier.

Si vous avez un secret qui vous pèse et que vous aimeriez partager, vous avez encore 50 jours pour contacter Terence Eduarte.

L’amour perdu

"Il est l’amour de ma vie mais je m’en suis rendu compte trop tard. Partout où il y a de la neige, je pense à lui."

Blâmer la victime

"J’ai été droguée et violée par quelqu’un que je connaissais, et je n’arrive pas à le dire à qui que ce soit par peur d’être blâmée. Mais la plupart du temps, je ne peux pas m’empêcher de m’en vouloir."

Le voleur

"J’aime voler des choses dans des magasins choisis au hasard. Je n’ai pas besoin de la plupart de ce que je vole, j’aime juste le frisson que cela me procure. Je me déçois quand je paye pour quelque chose au lieu de le voler."

Changer de camp

"Il y a cinq ans, j’ai surpris ma troisième petite amie en train de me tromper. C’est à ce moment-là que j’ai décidé de sortir avec des garçons."

Amis/ennemis

"Half of my friends are people I wish I never met." #100daysofsecrets #the100dayproject

A post shared by Terence Eduarte (@trnz.eduarte) on

"La moitié de mes amis sont des gens que j’aurais préféré ne jamais rencontrer."

Attouchements inappropriés

"Je veux demander à ma demi-sœur si notre père qui est parti la touchait quand nous vivions sous le même toit. Ou bien étais-je sa seule victime ?"

Des localisations classées X

"Certaines personnes n’utilisent la fonction localisation sur les réseaux sociaux que pour indiquer où ils se trouvent. Les miens sont différents, je me masturbe à tous les endroits où je passe plus de quatre heures."

Sous la surface

"J’ai une peur panique de l’abandon. J’utilise le machisme pour le cacher parce que j’ai le sentiment que ça fait de moi quelqu’un de faible."

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet

À voir aussi sur konbini :