AccueilÉDITO

Vidéo : le graffeur Boris est de retour en farce

Publié le

par Tomas Statius

Arrêté en mai dernier par la cellule anti-graffiti de la Gare du Nord, le graffeur parisien Boris s'est adressé au monde ce lundi 6 octobre. Il évoque en creux son arrestation, ses mois passés en détention, ainsi que son retour sur le devant de la scène. 

Boris s'adresse au monde - Capture d'écran de la vidéo

"[Le spectacle] est le coeur de l'irréalisme de la société moderne".

Vingt ans après sa mort, les remarques que formulaient le philosophe Guy Debord dans le livre la Société du Spectacle semblent toujours d'actualité. Elles s'appliquent avec à-propos aux déclarations du graffeur Boris. Arrêté en mai dernier pour ses graffitis, celui-ci a pris la parole ce matin pour revenir sur son absence. C'est sous l'angle de la distanciation et de la mise en scène que l'on peut voir cette allocution.

Les "grandes vacances" de Boris

Sur la page Facebook de The Grifters – marque et média que Boris a fondé – le rendez-vous était fixé à ce lundi 6 octobre. C'est à 10 h précise que Boris reprend contact avec le monde après une absence de près de six mois. Libéré il y a un mois de détention provisoire, comme le souligne All City, il murissait probablement son retour. Pour qu'il soit d'autant plus fracassant.

On s'attendait au minimum à une explication, au moins à un mot de sa part. On n'a eu droit qu'à une mise en scène.

Conformément à sa réputation d'amuseur de la planète graffiti, Boris a fait de ce retour une farce. Prenant un accent de l'est, le parisien évoque à mot couvert son incarcération – "de grandes vacances (...) dans un hôtel douteux (...) sans WiFi, ni possibilité de sortir", déclare-t-il. Il dévoile dans la foulée ses plans d'avenir, sobrement "conquérir le monde (...) et se présenter à la présidence des Nations Unies". 

Good Guy Boris returns from holidays. from The Grifters on Vimeo.

Plus sérieusement, selon All City, le parisien préparerait une exposition pour novembre prochain. En raison d'une investigation en cours, cette vidéo devrait par ailleurs constituer le seul commentaire de Boris sur son séjour à l'ombre.

À voir aussi sur konbini :