Brand

Don par SMS, crowdfunding : ces nouvelles façons de faire des dons

Faire un don, cela vous tenterait bien ? Il existe de nombreux moyens de faire une bonne action, et qui sont de mieux en mieux adaptés à nos modes de vie.

 
Dans le cadre de la campagne #Donnerfaitdubien réalisée avec France générosités, Konbini et France générosités vous ont préparé un petit recueil sur ces nouvelles formes de dons qui permettent, chaque jour, d’aider un peu plus les autres.
France générosités et l'IFOP ont mené une étude qui soulignait que malgré l'intérêt des jeunes pour les nouvelles formes de dons ils ne sont pas encore bien informés sur les sujets (43% seraient prêts à organiser une collecte en sollicitant leurs proches via les réseaux sociaux, et 57% seraient prêts à participer à une telle collecte organisée par un proche).
 
Aide et protection de l’enfance, lutte contre l’exclusion et la pauvreté, protection des animaux… Nous sommes beaucoup à être sensibles à une cause. Mais malgré notre intérêt pour aider les plus fragilisés et marginalisés, la culture, l’environnement ou encore l’éducation, il n’est pas toujours simple de savoir comment faire pour soutenir un projet qui nous tient à cœur. De nouvelles formes de dons font leur apparition et permettent ainsi de s’impliquer dans des initiatives porteuses de sens sans pour autant bouleverser notre vie.

Le crowdfunding

© Alexander Spatari

Le crowdfunding ou financement participatif s’est imposé dans le paysage du don. Les cagnottes en ligne en sont un exemple parfait. Vous ne comptez plus le nombre de fois où vous avez participé à une de ces cagnottes pour un anniversaire ou autre occas’ festive, mais saviez-vous que certaines ont un onglet dédié à la solidarité ? "Les pots solidaires" permettent ainsi de donner à une cause à laquelle vous êtes sensible – soutien aux grévistes, aide à la population de Lombok, ou même financement d’une série télé dédiée aux animaux de refuges – et inversement de créer votre propre cagnotte solidaire.
 
Il existe des milliers de plateformes de financement participatif, mais qui ont toutes le même objectif : vous impliquer dans le financement de cas concrets. Des plateformes de crowdfunding dédiées aux personnes en situation de handicap par exemple donnent des objectifs précis, détaillés et accompagnés de photos. Vous savez que vous aidez par exemple à l’aménagement de la maison de Matthieu, 5 ans, ou encore au changement du fauteuil roulant de Marion, 22 ans. Plus que de simples donateurs, vous faites désormais partie d’une communauté mobilisée autour d’un projet, et ça fait du bien.

La générosité embarquée : les micro-dons avec les arrondis en caisse, sur salaire ou sur relevé bancaire

© Hoxton/Tom Merton

 

L'étude menée par France générosités et l'IFOP a montré que 36% des sondés ne connaissaient pas le principe du micro-don. C'est pourquoi nous avons décidé de vous l'expliquer ici. 

Le concept de la générosité embarquée est simple : vous n’avez rien à faire ! Il existe plusieurs options de micros-dons – en caisse, sur votre salaire ou sur votre relevé bancaire. Au supermarché par exemple, lorsque le montant de vos courses s’élève à 9,90 euros, vous pouvez choisir d’arrondir à 10 euros, et les 10 centimes seront ensuite reversés à l’association soutenue par votre magasin.
 
L’entreprise dans laquelle vous travaillez peut aussi vous proposer de soutenir une asso via un micro-don qui sera prélevé chaque mois sur votre fiche de paie. Vous préférez donner de votre temps ? Votre boîte peut aussi vous permettre de faire du bénévolat ou de participer à des journées solidaires.
 
Autre option de générosité embarquée : l’arrondi sur relevés bancaires. Si votre banque est partenaire, vous pouvez choisir de donner chaque mois les centimes du solde de votre compte ainsi qu’un petit montant fixe (à partir de 1 euro) à l’association ou fondation de votre choix.

La carte bleue solidaire

© d3sign

 
Autre nouveau moyen de donner aux assos : la carte bancaire solidaire. Il s’agit d’une carte bleue classique sauf qu’à chaque fois que vous l’utilisez (retrait ou achat) un don est reversé à l’association que vous aurez choisie.
 
Plus révolutionnaire, de nouveaux projets d’entreprises ont pour volonté de développer le premier réseau monétique social et solidaire en créant un nouveau moyen de paiement sans contact. Ce projet se présente comme une alternative aux cartes de paiement classique. Comme l’explique son fondateur, sur un paiement par carte bleue de 10 euros, le commerçant doit reverser quelques centimes à des institutions financières, et en France, ces frais de transaction cumulés s’élèveraient à plus de 4 milliards d’euros par an. Cette idée est donc de faire en sorte que les frais de transaction bancaire aillent aux associations plutôt qu’aux institutions financières. Une manière efficace de récolter des fonds !
 
En tout cas, si l’envie vous prend de faire preuve de solidarité, vous savez désormais que vous pouvez faire du bien en deux temps, trois mouvements. 
 
France générosités a organisé un sondage avec l'IFOP auprès des 18-35 ans, et les résultats sont sortis ! Les jeunes sont super généreux, avec 67% d'entre eux en France qui déclarent avoir déjà fait un don à une asso ou fondation, et 24% qui déclarent donner plusieurs fois par an.
Pour découvrir tous les résultats, c'est par ici.
 

Par France générosités, publié le 01/10/2018