AccueilÉDITO

Des Afro-Américains à l'affiche du Lac des Cygnes

Publié le

par Aline Cantos

C'est une belle leçon de vie que nous offre Misty Copeland. Cette Afro-Américaine a su conquérir le Washington Ballet en décrochant le premier rôle du Lac des Cygnes.

Après avoir essuyé de multiples échecs, sous des prétextes divers, la jeune femme est désormais au sommet. Partageant la scène avec Brooklyn Mack, célèbre danseur afro-américain dont la réputation n'est plus à faire, elle nous propose dès le 8 avril un Lac des Cygnes pour la première fois interprété par des danseurs ne répondant pas au stéréotype "all-white".

Le bien connu ballet, dont les premières représentations sont prévues pour avril, est longtemps resté très conservateur et traditionnel. Pourtant, sa tête d'affiche est aujourd'hui une femme dont les talents ont longtemps été mis au placard en raison d'un physique inapproprié à la danse. Jambes musclées, petite taille, apprentissage tardif de la discipline... Des motifs de refus, il semble y en avoir à profusion.

Misty Copeland revient sur ces échecs à répétition en incarnant la protagoniste de la vidéo "I will what I want" d'Under Armour. Dans sa campagne de 2014, la marque de vêtements de sport exprime le désarroi des personnes talentueuses qui se sont vues refuser des rôles, des postes, pour des motifs divers, et ont réussi à dépasser les jugements en montrant l'étendue de leurs compétences. "Unfortunately, you've not been accepted [...] You have the wrong body for ballet" ("Malheureusement, tu as été refusée, tu n'as pas le corps approprié pour le ballet") peut-on entendre en voix off pendant que Misty danse.

Détourner les codes pour réussir

Dans un livre intitulé "Life in Motion, An Unlikely Ballerina", paru en mars dernier, la protagoniste du Lac des Cygnes explique son parcours, ses difficultés en tant que danseuse noire-américaine. Son livre devient rapidement un best-seller. Misty Copeland devient un personnage public et sa célébrité n'est désormais plus à construire.

Détournant les codes pour atterrir au sommet, Misty Copeland semble être l'incarnation du rêve américain. Avec son avènement en tant que rôle principal du Lac des Cygnes, la danseuse fait tomber plus que les barrières qui se sont mises en travers de son chemin. Sa persévérance et son talent semblent contribuer à changer les standards du ballet, laissant aux plus jeunes l'espoir de pouvoir suivre une route que Misty a tracé à force d'obstination.

Ce ballet, sur la musique de Tchaïkovsky, est certainement la plus belle fenêtre de visibilité qui puisse s'offrir à elle. Ainsi, avec une scène partagée avec Brooklyn Mack, la belle américaine fait une place aux Afro-Américains dans une discipline très longtemps restée le privilège des blancs.

Le prestigieux Washington Ballet semble vouloir insuffler une nouvelle dynamique de fraîcheur et de modernité sur une discipline souvent considérée élitiste et conservatrice. Avec Misty Copeland et Brooklyn Mack à l'affiche, le pari semble être sur le point d'être réussi.

Le vilain petit canard de la danse est donc désormais le Cygne le plus connu des États-Unis.

À voir aussi sur konbini :