À la rencontre de l’équipage entièrement féminin qui veut enlever le plastique des mers britanniques

Une initiative pour la planète menée exclusivement par des femmes engagées.

Dans chaque kilomètre carré d’océan, il y a plus de 63 320 particules invisibles de plastique dégradé. Chacune de ses particules peut se retrouver à un moment ou à un autre dans notre chaîne alimentaire et avoir un effet néfaste sur notre santé.

Pour alerter l’opinion sur ces dangers, un équipage entièrement féminin vient d’embarquer à bord d’une mission dont le but est de nettoyer les eaux britanniques de cette pollution dangereuse.

Publicité

L’équipe naviguera à bord d’un bateau appelé le "Sea Dragon". (© eXXpedition)

Cette équipe est composée de quatorze femmes venues de différents pays et de différents domaines : des scientifiques mais aussi des cinéastes, des étudiantes, des entrepreneuses, des psychologues et des environnementalistes. Sans oublier, des navigatrices chevronnées.

Leur parcours autour de la Grande-Bretagne durera 30 jours et des évènements sont prévus à Londres, Belfast, Édimbourg, Plymouth, Cardiff, Arran et Stornoway.

Publicité

Cette mission, conduite par l’association de navigation exclusivement féminine eXXpedition, souhaite explorer les liens entre les plastiques à usage unique que l’on consomme et les polluants toxiques qui entrent chaque année dans notre chaîne alimentaire. Si l’impact des pollutions liées au plastique "est plus évident dans des parties plus éloignées du monde, explique Emily Penn la fondatrice, il est clair que cette pollution vient des terres, et de la Grande-Bretagne aussi".

"Il faut que nous abordions ces questions et que nous attirions l’attention sur le travail à accomplir pour les résoudre ici en Grande-Bretagne."

Publicité

En 2016, une enquête gouvernementale britannique avait permis de mettre en lumière les problèmes sanitaires posés par les déchets marins. Mais comme l’explique Richard Thompson, spécialiste des déchets marins et professeur à l’université de Plymouth, "il faut encore beaucoup étudier pour comprendre l’ampleur de ce phénomène".

"Il s’agit de faire voir l’invisible. On a donc viré les mecs pour qu’on nous voie un peu", écrit Emily Penn.

(© eXXpedition)

Publicité

Bien que les chiffres s’améliorent, les femmes ne représentent toujours que 13 % des effectifs dans le domaine des sciences, technologies, ingénierie et mathématiques. eXXpedition souhaite changer cette sous-représentation et étudier les effets de la pollution sur la santé des femmes, beaucoup d’études étant centrées sur les hommes.

L’année dernière, l’équipe est devenue la première à naviguer dans les eaux caribéennes à la recherche de déchets marins. Les données récoltées servent désormais aux Nations unies pour réduire les pollutions plastiques et toxiques dans la région.

À lire -> Alerte meilleur job du monde : devenez testeur de voiliers de croisière sur les océans

Par Matthew Kirby, publié le 03/08/2017

Pour vous :