8K, rétrocompatibilité, sans temps de chargement : la PlayStation 5 s’annonce musclée

La future console de Sony est un projet en route depuis déjà 4 ans, de quoi alimenter tous les fantasmes.

Qu’il est difficile d’être le roi des consoles lorsqu’il faut se renouveler. Sony l’a bien compris et ne compte pas se reposer sur le succès de sa PlayStation 4, écoulée à presque 92 millions d’exemplaires depuis sa sortie en 2013. Si la version "Pro" avait permis en 2016 d’allonger un peu l’exploitation du filon des consoles, la firme nippo-américaine devra faire face à de grands bouleversements dans l’industrie vidéoludique. En effet beaucoup de spécialistes annoncent que la 9e génération à venir (PS5, la future Xbox, etc.) pourrait être la dernière. En cause, la montée de la dématérialisation et des phénomènes de streaming de jeux (coucou Google) qui pourraient, à terme, mettre fin aux nécessités du hardware – le support physique : PC, console, mobile.

Lire aussi -> Le gaming du futur se fera-t-il sans console ni PC ?

Publicité

Dans une interview presque officieuse accordée à Wired, Mark Cerny, un concepteur qui travaille justement sur la nouvelle PS5 a révélé plusieurs infos. D’abord la machine ne sortira pas en 2019. On n’est pas particulièrement surpris mais cette précision pourrait nous amener à croire que 2020 semble être la bonne fenêtre pour Sony. La future bête sera bien évidemment équipée des dernières technologies, que l’on ne peut retrouver actuellement que sur les PC, comme par exemple le Ray-tracing qui permet une modélisation quasi photo-réaliste des sources lumineuses. Le disque dur SSD sera lui aussi de la partie pour une rapidité exemplaire, ainsi Mark Cerny prend l’exemple du jeu Spiderman (2018) où un habituel temps de chargement de 15 secondes sur PS4 passerait à… 0,8 seconde sur PS5.

Le meilleur pour la fin : la PS5 sera rétrocompatible avec tout le catalogue PS4 ! Un argument de poids pour Sony qui revient sur ce qu’on lui avait souvent reproché dans le passé : se faire de l’argent sur la nostalgie en rendant les titres PlayStation (1,2 et 3) sur le PS Now, très souvent payants à l’acquisition, et au moins à l’abonnement.

Quant au prix de la console, si Mark Cerny ne semble pas être prêt à divulguer le prix, un tweet de Peter Rubin, le journaliste de Wired, rajoute quelques dires du concepteur à ce propos :

Publicité

"Peter Rubin : Il y a toujours eu une certaine fourchette de prix au lancement. Est-ce que la PS5 s’y rangera ?

Mark Cerny : Nous serons capables de la commercialiser à un prix de vente qui saura séduire les joueurs, considérant les fonctionnalités avancées.

Peter Rubin : Est-ce que cela signifie qu’elle pourrait coûter un peu plus, mais que ça vaudra son coût ?

Mark Cerny : C’est tout ce que je peux dire."

S’il est clair que les dirigeants de Sony doivent encore se réveiller avec effroi en repensant au lancement raté de la PS3, en raison du prix (600 euros), ils ne referont pas l’erreur. La future console devrait s’aligner sur un classique de 500 euros comme la PS4 en 2013.

Publicité

Par Pierre Bazin, publié le 17/04/2019

Copié

Pour vous :