Devotion ©Red Candle Games

Un jeu taïwanais se fait défoncer sur Steam pour s'être moqué du président chinois

Le "review-bomb" est une pratique aux visées parfois extrêmement politiques.

Devotion (© Red Candle Games)

La plateforme de jeux dématérialisés Steam n’est pas seulement le support favori des joueurs PC, c’est aussi le lieu de nombreuses discussions, revendications et polémiques tenues par la communauté de joueurs. Parmi les méthodes utilisées, le "review-bomb" est particulièrement en vogue ces temps-ci. Le concept est simple : une communauté organisée se rend massivement sur la page d’un jeu pour poster des avis négatifs et ainsi faire chuter sa note générale, lui imputant de gros problèmes de visibilité (et donc de ventes).

Publicité

La méthode est loin d’être nouvelle. Récemment, la série de jeux Metro avait subi des vagues de review-bombing car l’éditeur avait retiré (au dernier moment) le dernier épisode, Metro : Exodus, de Steam pour donner un an d’exclusivité au nouveau concurrent de la plateforme, Epic Games Store. Toutefois, ce week-end, ce phénomène a pris une tournure presque (géo)politique.

Devotion est un jeu d’horreur sorti sur Steam le 19 février. Assez classique pour le genre, il est développé par le studio Red Candle Games, basé à Taïwan. Pour rappel, cette île est revendiquée par la république populaire de Chine et son statut d’indépendance n’est reconnu que par 18 États membres de l’ONU. Les relations entre les Taïwanais et les Chinois ne sont donc pas vraiment au beau fixe.

Le président chinois en Winnie l’Ourson

La polémique a démarré lorsque le site Spiel Times a indiqué que le jeu incluait un poster extrêmement moqueur envers Xi Jinping, président de la république populaire de Chine et secrétaire général du parti communiste chinois. C’est le vidéaste taïwanais Kouki (阿神) qui a notamment participé à rendre visible ce poster dans une vidéo publiée la semaine dernière.

Publicité

Extrait de la vidéo de Kouki où le poster est brièvement lisible.

Sur le poster, il est écrit le nom de Xi Jinping à côté du nom "Winnie l’Ourson", le personnage d’Alan Alexander Milne. Le reste de l’affiche semble être rempli de phrases en taïwanais qui se rapprochent plutôt de l’insulte directe du style "ta mère", même si une traduction littérale reste difficile à établir.

Mais pourquoi cette comparaison entre l’ourson rondouillard et le président chinois fait-elle polémique ? En réalité, il s’agit d’un gag récurrent qui s’est propagé sur Internet ces derniers mois, la comparaison entre Jinping et Winnie étant presque devenue une figure satirique de "résistance" en Chine.

Publicité

Le gouvernement chinois, dont le principal intéressé, est bien évidemment au courant de cette comparaison moqueuse et fait tout pour restreindre sa diffusion. Par exemple, le film Jean-Christophe & Winnie (2018), mettant en scène l’ourson en live action aux côtés d’Ewan McGregor, a été interdit de vente et de diffusion sur le territoire chinois.

Ainsi le "review-bomb" sur la page Steam de Devotion, qui affiche 60 % d’évaluations négatives, serait une réponse des gamers chinois à cet affront, à moins que le gouvernement chinois n’y ait quelque chose à voir… Le studio taïwainais Red Candle Games a présenté par la suite ses excuses sur sa page Steam :

"Lors de la fabrication du prototype, l’équipe se réfère souvent aux blagues récurrentes sur Internet pour tester des emplacements fictifs [comme le poster, ndlr]. Cependant, à cause de problème de synchronisation entre les versions [du jeu], tous ces espaces n’ont pas été supprimés correctement.

C’est purement un accident et nous n’avons aucune intention de causer du tort ou d’engendrer de la haine. L’élément en question a été retiré et remplacé le 21 février au soir."

Publicité

Par Pierre Bazin, publié le 25/02/2019

Pour vous :