featuredImage

E3 : de Wolfenstein à Doom, voilà ce qu'il faut retenir de la conférence Bethesda

Après une conférence 2018 folle en annonces, Bethesda a moins surpris cette année. Mais les pépites sont au rendez-vous.

L’an passé, Bethesda nous avait promis une conférence E3 particulièrement folle. Et on n’a pas été déçus : on nous annonçait un nouveau Fallout en ligne, un nouveau Doom, un nouveau Wolfenstein, un Elder Scrolls 6, une nouvelle franchise… Il y avait de fortes chances que l’édition qui suive soit un peu moins puissante. Ça a été le cas.

On a été gâtés en images, mais la plupart des jeux étaient déjà annoncés. On vous le dit : pas d’image d’Elder Scrolls 6, ni de Starfield. Le studio a préféré se concentrer sur le concret en dévoilant des DLC, mais surtout plus d’images de jeux déjà annoncés comme Doom Eternal ou Wolfenstein: Youngblood. Qui ont l’air d’être des machines de guerre assez incroyables, il faut le reconnaître.

Au final, les meilleurs moments de cette conférence ont été les annonces des nouveautés. Il y en a eu trois en l’occurrence, à commencer par un jeu mystérieux, Ghostwire Tokyo. Présenté par Shinji Mikami, le papa de Resident Evil, et produit par la maison de The Evil Within, à savoir Tango Gameworks, le volet a tout pour nous plaire.

Le joueur se retrouve au cœur de la capitale nippone, alors que la plupart des habitants disparaissent subitement — comme si un certain Thanos avait claqué des doigts. L’ambiance réaliste et sombre laisse alors place à un univers surnaturel qui ne va franchement pas pour nous déplaire ! Pas de date de sortie, mais déjà beaucoup d’impatience.

L’autre jeu que personne n’attendait est, quant à lui, made in France. Arkane Lyon, à qui l’on doit l’excellente franchise Dishonored, remet le couvert avec un volet surprise, Deathloop. Et difficile de ne pas être sous le charme. De ce qu’on a compris, on y jouera un ou une tueuse, qui doit traquer des cibles humaines sur l’île de Blackreef en évitant les coups de son adversaire. On en saura plus prochainement, mais l’univers et les graphismes nous laissent déjà sous le charme.

Enfin, la dernière petite claque qu’on a eue ne concerne pas un jeu, mais une innovation technique. On ne vous rappelle pas à quel point Bethesda Softworks a toujours su faire avancer d’un point de vue technologique l’industrie vidéoludique – la compagnie américaine ayant inventé le FPS, pour ne citer que ça.

Alors que le mot d’ordre, que ce soit du côté de Google ou de Microsoft, est au cloud gaming, Bethesda a dévoilé Orion, une technologie qui rend le streaming plus performant. Pour faire simple, la plateforme ferait chuter de 30 % le temps de traitement de la vidéo, baisserait de 40 % la bande passante nécessaire à faire tourner les jeux sur mobile et plus encore. Le service pourrait être compris dans Stadia et xCloud. L’exemple est montré sur scène avec un Doom tournant sur iPhone, et c’est plus qu’impressionnant.

Par Arthur Cios, publié le 10/06/2019

Copié