© Respawn Entertainment / Electronic Arts

featuredImage

Apex Legends : une pétition demande des serveurs pour l’Afrique

Le continent est le grand oublié des gros éditeurs de jeux en ligne...

(© Respawn Entertainment/Electronic Arts)

C’est une dimension du jeu multijoueur qu’on a souvent tendance à oublier. De manière générale, le gaming souffre aussi de l’ethnocentrisme des grandes productions (qu’elles soient japonaises, américaines ou européennes) et des inégalités géographiques. En effet, le continent africain est un éternel oublié des localisations de titres vidéoludiques. Pour les jeux en solo, cela pose des problèmes de prix à l’importation et parfois de traduction, mais pour le multijoueur c’est une tout autre affaire.

En effet, un jeu en ligne a besoin de serveurs pour mettre en relation les joueurs, et si Internet paraît simple quand on l’utilise dans nos pays occidentaux, ça n’est pas le cas partout. La faute aux serveurs qui n’ont jamais daigné s’installer dans le berceau de l’humanité, ce qui rend la latence lourde et bien souvent complètement incompatible avec un jeu multijoueur.

Sorti depuis plus d’un mois, Apex Legends a fait grand bruit, beaucoup voyant en lui un sérieux concurrent au géant Fortnite. Pourtant, comme souvent, la sortie n’a pas eu le même succès partout sur le globe. En témoigne une récente vidéo sortie par l’équipe du jeu, qui remerciait l’engouement des joueurs au lancement, et en profitait pour lâcher aléatoirement quelques statistiques dont… une seule et unique élimination effectuée depuis le Mozambique.

Pourtant, la communauté gaming existe en Afrique, et elle est même plutôt nombreuse. Sur Reddit, l’un de ces joueurs (qui se fait appeler Darkmangetsu) souhaiterait donc qu'Electronic Arts (l’éditeur d’Apex) installe des serveurs localisés en Afrique.

"Depuis quelques années, l’industrie vidéoludique a négligé la communauté des gamers africains, particulièrement en ce qui concerne les jeux en ligne, en raison du faible nombre de joueurs qu’elle avait à l’époque. Mais avec le récent développement de nombreux pays, le nombre de ces acteurs a considérablement augmenté au fil des ans. Des pays comme l’Angola, l’Afrique du Sud, le Maroc ou l’Égypte affichent un nombre assez décent de joueurs actifs pour les jeux multijoueurs. […] Aujourd’hui seuls quelques jeux se sont dit : 'Hey, il y a des gens en Afrique aussi, ajoutons un serveur pour eux.'"

Il cite notamment de grands classiques, tels que Minecraft, Rocket League ou encore Team Fortress 2. Il reconnaît que Apex est un nouveau jeu, mais il insiste sur le fait que de nombreux Africains sont exaspérés d’être toujours considérés en derniers.

Le joueur explique ainsi qu’ils sont obligés de jouer avec 0,2 seconde minimum de latence en rejoignant les serveurs européens ou nord-américains (ce qui est énorme et complètement pénalisant pour un FPS comme Apex). Les joueur·euse·s d’Afrique du Nord sont un chouïa mieux lotis, avec minimum 0,1 seconde de latence (car ils sont plus proches de l’Europe) – mais ce genre de connexion serait apparemment chère.

Ce n’est pas la première fois que l’Afrique est oubliée par les gros éditeurs, ces derniers ne croyant pas encore à l’énorme marché potentiel que représentent les 1,2 milliard d’habitants du continent. Malheureusement, bien que certains pays connaissent une impressionnante croissance économique, l’Afrique souffre encore d’une pauvreté endémique. Ainsi, l’Océanie, qui a moins de 40 millions d’habitants mais dont la richesse par habitant est beaucoup plus élevée, a le droit à ses serveurs dédiés (principalement pour le public australien).

En tout cas, si vous vivez en Afrique et souhaitez jouer à Apex Legends dans de bonnes conditions, ou tout simplement pour soutenir la cause, sachez que le joueur en question a lancé une pétition adressée à Electronic Arts.

Par Pierre Bazin, publié le 14/03/2019