Capture d’écran du film Juno (© Fox)

featuredImage

Le Texas cherche à imposer un enterrement à chaque avortement

Toujours plus loin dans la connerie.

Capture d'écran du film Juno (© Fox)

Capture d'écran du film Juno (© Fox)

L'information était passée inaperçue jusqu'à ce que le média américain Salon, cité par 20 Minutes, la déniche en fouillant un peu : après que les propositions de l'État du Texas pour rendre les procédures d'avortement de plus en plus complexes et onéreuses aient été rejetées par la Cour Suprême en juin dernier, voilà que les législateurs texans ont fait discrètement une nouvelle proposition de loi forçant les femmes ayant recours à un IVG ou faisant une fausse couche en dehors de chez elles à payer des funérailles à l'embryon.

Alexa Ura du Texas Tribune explique dans ce même article ainsi :

"Malgré les protestations intenses de la communauté médicale et des défenseurs des droits en matière de procréation, l'État interdira aux hôpitaux, aux cliniques qui procèdent aux avortements et aux autres établissements de soins de se débarrasser des restes fœtaux dans les décharges sanitaires, en autorisant seulement la crémation ou l'inhumation de tous les restes"

Une décision qui concernera même les embryons "tellement petit qu'il est comme invisible" explique quant à lui David Brown, avocat spécialisé. Encore une manière de faire culpabiliser les femmes ayant recours aux avortements, rajoutant des frais à une opération déjà couteuse outre-Atlantique.

Cette règle est surtout particulièrement dangereuse parce qu'elle pourrait inciter les personnes concernées à avoir recours à des procédures illégales directement chez elles. D'autant qu'un article de NPR montrait qu'au Texas, le nombre d'avortement fait maison grimpe depuis plusieurs mois.

Si aucune poursuite judiciaire n'est engagée, ce qui serait peu probable, alors la mesure sera applicable dès la fin de l'année 2017.

Par Arthur Cios, publié le 03/12/2016

Copié