Par Marc Frohwirth

Le grand Zorglub, terrible génie du mal de la BD belge, aussi mégalomane que gaffeur, devient aujourd’hui le héros de sa propre série. Le premier tome de ce spin-off de Spirou et Fantasio, La Fille du Z, est plutôt réussi.

© Éditions Dupuis

© Éditions Dupuis

Cinquante-six ans qu’il attendait ça. Enfin, le génie sans commune mesure du cerveau qui créa la zorglonde, la zorglumobile et la zorglangue (nodrap, al eugnalgroz) est reconnu à sa juste valeur : Zorglub, l’éternel adversaire de Spirou et Fantasio, règne en maître sur sa bande dessinée, ou presque. Car dans ce premier tome de la série qui lui est désormais consacrée, le grand Zorglub partage la vedette avec… sa fille Zandra, 16 ans. Et même lorsqu’on est un génie du mal, élever une ado n’est pas facile. Alors quand, en plus, on est un père hyperprotecteur, avec des penchants tyranniques et une irrésistible propension à la gaffe, c’est loin d’être gagné…

Le dessinateur espagnol José Luis Munuera avait effectué, aux côtés du scénariste Morvan, un passage en demi-teinte sur Les Aventures de Spirou et Fantasio. Le duo avait eu la lourde tâche de succéder à Tome et Janry, dont le travail s’était imposé comme le meilleur réalisé sur les BD du célèbre groom depuis l’âge d’or de Franquin, et s’y était cassé les dents. Le style de José Munuera, moderne et nourri d’influences diverses (manga, notamment) avait hérissé une partie du lectorat et la série phare des éditions Dupuis avait ensuite été confiée au tandem Yoann-Vehlmann, au style plus classique mais également plus efficace.

Un projet audacieux

L’artiste espagnol revient aujourd’hui en solo avec un projet aussi audacieux que terriblement casse-gueule : un spin-off de l’univers de Spirou, qui plus est centré sur le personnage emblématique de Zorglub (comme chacun sait, les vilains occupent toujours une place toute particulière dans le cœur des fans). Si l’entreprise, bien qu’alléchante, avait de quoi faire peur, elle est pourtant bel et bien réussie. La Fille du Z entraîne le lecteur dans une trépidante aventure à la James Bond, teintée d’humour et d’émotion, dont le méchant est le héros (ou presque). Si le personnage de Zorglub conserve les "qualités" qui ont fait son succès – la mégalomanie, le génie scientifique mais aussi celui de la gaffe –, il gagne en profondeur et en humanité, dévoilant ses failles et même une certaine tendresse.

Les personnages "secondaires", Zandra et son petit ami André (coucou Monsieur Franquin), ne le sont pas tant que ça et apportent une touche de modernité très juste, faisant de l’ensemble un mélange intéressant, entre une parodie de films d’espionnage désuets et une teen romance, qui évite l’écueil du ridicule et s’offre même le luxe d’une réflexion plutôt drôle et bien vue sur notre société contemporaine. Savoir séduire les petits et les grands est la marque de fabrique de l’univers de Spirou, et Munuera y arrive parfaitement.

Un bond vers la modernité

Côté dessin, l’artiste espagnol parvient également à un joli compromis entre la modernité instinctive de son trait et une séduisante patine "classique Spirou", notamment dans les décors dont les couleurs rappellent l’époque de Janry. Interrogé sur l’aspect graphique de son travail sur cet album, José Luis Munuera explique :

"Mon but, c’était de faire un Zorglub qui me ressemble, qui me vient instinctivement, sans pression, sans stress, de façon naturelle. C’est un Zorglub peut-être un peu plus longiligne que celui de Franquin ou de Janry : il est sans doute plus proche de la version de Yoann. Même si j’ai les albums de Franquin sur mon bureau, j’ai essayé de ne pas les feuilleter et de ne regarder que ma planche devant moi. […]

J’ai un immense respect pour les grands anciens et pour mes prédécesseurs, mais quand je dessine, j’essaie d’être libre. […] J’ai une solide base alimentée par les classiques de la bande dessinée franco-belge, mais je me suis aussi nourri de mangas, de comics, de tas d’autres choses… Et dans mon parcours, j’ai appris à ne plus avoir peur de mélanger ces différentes influences, ces codes très divers, dans une même bande dessinée."

Avec cette nouvelle série qui fait la part belle à la jeunesse d’aujourd’hui et lorgne sans complexe sur la science-fiction, les éditions Dupuis offrent donc un nouveau pan résolument tourné vers le futur à leur "Spirou Extended Universe" (OK, j’invente le terme, mais pourquoi les Belges ne pourraient-ils être aussi grandiloquents que les Américains ?), parfaitement complémentaire à leur collection Le Spirou de…, réalisée par différents auteurs et pour laquelle Yann et Schwartz nous avaient offerts trois albums réinterprétant brillamment le passé de Spirou et Fantasio.

On souhaite donc une longue vie à cette nouvelle série qui nous promet de joyeuses heures de lecture, de science(-fiction), de rigolade et d’aventures : Eviv Bulgroz !

Zorglub, tome 1 : La Fille du Z, texte et dessins de José Luis Munuera, éditions Dupuis, 64 pages, 10,95 euros. En vente dans toutes les bonnes librairies.

9782800170138