AccueilÉDITO

Vidéo : en fait, ce mec n'était pas un énorme enfoiré

Publié le

par Louis Lepron

Ne vous fiez pas au titre de cette vidéo.

"Le plus gros connard au monde." Voilà comment s'intitule une vidéo qui suit le parcours de Coleman Sweeney. Un connard fini. Qui, dans une laverie, va virer les affaires d'un autre pour y mettre les siennes. Va engueuler une vieille qui met du temps à traverser. Va viser au paintball un chien qui n'a rien demandé. Qui va prendre les bonbons de gosses qui fêtent Halloween. Un bel enfoiré en somme.

Une voix off se fait entendre lors de la lecture :

"Coleman Sweeney, pour résumer, est une enfoiré, et tout le monde dans sa petite ville le sait. Ce n'était pas qu'il se forçait à être antipathique. C'est juste que c'était quelque chose de naturel chez lui. [...]. Il ignorait les règles. Il détestait tout [...]. Et puis quelque chose d'étrange est arrivé : Coleman est mort".

Avant de vous en dire plus, on vous laisse découvrir la fin.

Derrière cette vidéo, une campagne réalisée par les cinéastes Will Speck et Josh Gordon (avec l'acteur Thomas Jane), destinée à sensibiliser au don d'organes. Car si Coleman était un connard tout au long de sa vie, sa carte de donneur d'organes retrouvée dans son portefeuille fait finalement dire à la voix off – celle de Will Arnett (Arrested Development, BoJack Horseman) : "Tu n'es pas un enfoiré [Coleman, ndlr], en tout cas plus maintenant."

Le directeur de l'entreprise Martin Agency, responsable de ce spot, précise ainsi :

"Vous pouvez vivre toute votre vie comme un connard, mais si devez réaliser une chose positive, faites que cette chose soit de donner vos organes quand vous ne serez plus avec nous."

Aux États-Unis, une personne meurt en moyenne toutes les heures. Mais le nombre de donneurs d'organes a diminué au fil des années. Aujourd'hui, près de 120 000 hommes et femmes attendent une donation d'organe et, chaque jour, 22 de ces personnes meurent, faute de pouvoir en recevoir. L'objectif principal de cette vidéo est d'atteindre les jeunes.

À voir aussi sur konbini :