AccueilÉDITO

Vidéo : Disney a enfin créé une princesse latina, mais ça fait un peu peur

Publié le

par Charles Carrot

Bon point : il y a désormais des princesses Disney de toutes les couleurs de peau (ou presque), et certaines savent se battre en duel. Mauvais point : certaines ont clairement droit à plus de moyens que d'autres.

Que penser des princesses Disney en 2016 ? D'un côté elles perpétuent un certain nombre des clichés et de stéréotypes de genre, mais de l'autre côté elles deviennent de plus en plus variées dans leurs origines et affirmées dans leur caractère (tout en restant toutes minces avec des yeux immenses, évidemment, il ne faut pas exagérer).

Il y a un an, la firme de Mickey annonçait l'arrivée prochaine d'une série animée Elena of Avalor, construite autour du personnage du même nom (et spin-off de la série Princesse Sofia), une brune hâlée de lignée royale avec une robe de flamenco et des cheveux ondulés — la première princesse "latina" de Disney, dont on dispose désormais d'un meilleur aperçu ci-dessus.

Stéréotypes et couleurs criardes

Et là, c'est le drame : visiblement, on n'est pas très loin de Barbie et le secret des sirènes de la mode et des papillons de lumière : 2 Bright 2 Glamorous avec animaux magiques et couleurs criardes. Bientôt diffusée sur Disney Channel, la nouvelle série n'a, logiquement, pas disposé du budget des films La Reine des Neiges ou Raiponce, et cela se ressent dans l'animation des personnages et des décors. Ceci est compréhensible, mais il reste un peu dommage que cette première princesse inspirée de la communauté des latinos n'ait pas le droit aux honneurs d'un long métrage.

Cette question de moyens reste néanmoins un détail : le plus gênant avec cette bande-annonce, c'est de constater que les bonnes intentions affichées se traduisent en stéréotypes directement tirés de Zorro, avec des chevaux et de la danse qui fait voler les froufrous (la case flamenco est cochée illico). Elena se bat certes à l'épée mais son univers semble purement conçu comme une simple destination exotique, et on voit mal ce qu'elle apporte de nouveau à la formule des princesses Disney (au contraire d'un Rebelle qui insiste sur les incertitudes de la princesse Merida dans un monde très masculin).

On peut se tromper, mais ça fait un peu peur en l'état. Et même si la série Elena of Alenor cible clairement les jeunes enfants, ce n'est pas une raison pour leur servir quelque chose d'aussi prévisible. On se tourne donc vers Vaiana, la légende du bout du monde (qui sort chez nous le 30 novembre) dans l'espoir de découvrir une histoire de princesse Disney un peu plus subtile et riche de sens.

À voir aussi sur konbini :