Aux États-Unis et en Grande-Bretagne les ventes d'albums en baisse

Les premiers bilans outre-Manche et outre-Atlantique dénotent une érosion de la vente d'albums au cours de l'année qui vient de s'écouler. Celui de la SNEP se fait attendre. 

albums

En 2013 aux Etats-Unis, seul le "20/20 Experience" de Justin Timberlake a dépassé le million d'exemplaires vendus.

Aux États-Unis ou en Grande-Bretagne, les ventes d'albums ont subi un contrecoup au cours de l'année 2013. Et si le symbole est fort au pays de l'oncle Sam (on verra pourquoi), l'optimisme reste de mise du côté de Londres grâce à une croissance soutenue des ventes numériques. Explications.

Publicité

U.S.A : première faiblesse depuis 2003

Publicité

Depuis 2003 et l'ouverture de l'iTunes Store, l'industrie de la musique enregistrée américaine avait connu une croissance ininterrompue. Là voici en "récession" pour la première fois en dix ans comme l'annonçait Billboard vendredi dernier, relayant une étude du cabinet Nielsen.

Pour les chiffres et les détails, remarquons que les ventes d'albums reculent de 8,4% (chute de 14.5% pour les CDs et de 0,1% pour le digital - seul le vinyle progresse avec une augmentation de 2%) tout comme celles de chansons (de près 7,6%). Le secteur est toujours dominé par les ventes physiques (près de 60%) contre un peu plus de 40% pour ce qui est du digital. Justin Timberlake trône en haut du classement avec près de 2,4 millions de copies de son The 20/20 Experience écoulées. La palme de la chanson la plus achetée revient au "Blurred Lines" de Robin Thicke en featuring avec T.I et Pharrell.

Publicité

"Blurred Lines", véritable carton de cette année 2013, devance le "Thrift Shop" de Mackelmore et Ryan Lewis. 

Et l'explication est à retenir : celle d'une érosion des ventes due à la force grandissante des sites de streaming de poindre (le média évoque à cet égard la volte-face des responsables de maison de disque reconnaissant l'influence néfaste du secteur). Même si les chiffres exactes de leur audience se font toujours attendre.

U.K : le numérique à la rescousse des ventes d'albums

Si le constat semble être le même outre-Manche, celui-ci ne se mâtine pas des mêmes implications.

Publicité

Le gâteau de l'industrie de la musique enregistrée s'amenuise en 2013 en Grande-Bretagne - Crédit Image NME

Ainsi comme le soulignait la NME le 2 janvier dernier, les ventes d'albums ont chuté de 6,4% depuis fin 2012. Le magazine remarque ainsi que l'affaissement du physique ne parvient pas être compensé par une augmentation trop terne des ventes numériques. L'autre constat majeur concerne le renforcement des habitudes d'écoute en ligne des Britanniques, puisque selon le média, le secteur du streaming génère à présent 103 millions de livres sterling annuellement (10% des revenus globaux du secteur).

Pour ce qui est de la répartition, on constate une domination des CDs avec 64% des ventes, contre 35 pour le format MP3 et 1% pour le vinyle.

Reste à voir si la France fait trahir les pronostics. Pour rappel la SNEP annonçait une progression du secteur pour le premier semestre de 2013.

Par Tomas Statius, publié le 06/01/2014

Copié

Pour vous :