Pourquoi il n'y aura pas de femme dans le prochain Assassin's Creed

Prévu pour octobre prochain, Assassin's Creed Unity plonge les joueurs au coeur de la Révolution française. Un jeu très attendu qui suscite déjà quelques critiques puisqu'il ne sera pas possible de créer un avatar féminin. Ubisoft explique pourquoi.

Après l'épisode IV, Black Flag, qui nous plongeait dans l'univers de la piraterie, c'est dans la ville de Paris au moment de la Révolution Française que l'action de ce cinquième opus se déroulera. Cathédrale Notre-Dame de Paris modélisée à sa taille réelle, possibilité d'explorer l'intérieur de nombreux bâtiments, de se rendre dans les catacombes et de jouer jusqu'à quatre joueurs simultanément... Nul doute que la nouvelle version de Assassin's Creed séduira plus d'un accro.

Publicité

Pourtant, malgré un teaser alléchant par son réalisme, quelque chose cloche : parmi les protagonistes, aucune femme. C'est comme si elles n'avaient pas participé à la Révolution !

Le directeur technique d'Ubisoft, James Therien, tente de se justifier à VideoGamer.com :

Nous voulions être sûr d'avoir la meilleure expérience pour les personnages. Un personnage féminin signifie que vous avez à refaire beaucoup d'animations, beaucoup de costumes. Ça aurait doublé le travail d'ajouter ces choses-là.

Et c'est quelque chose que l'équipe voulait vraiment, mais nous avons dû prendre une décision... C'est malheureux, mais c'est une réalité de la production de jeux.

Publicité

Pourtant, on avait connu les équipes d'Ubisoft moins flemmardes. En effet, l'entreprise française avait, par le passé, créé des personnages féminins, notamment dans Assassin's Creed III : Libération sorti en 2012.

Plusieurs fans se sont alors demandés comment une aussi grande production, avec des centaines de travailleurs répartis dans neuf studios à travers le monde, n'ont-il pas réutilisé les ressources de personnages féminins qu'ils avaient déjà. Tandis que d'autres se sont moqués de l'incapacité apparente d'Ubisoft à imaginer des femmes.

Par Anaïs Chatellier, publié le 11/06/2014

Pour vous :