AccueilÉDITO

Avec Time Machine VR, la réalité virtuelle rencontre Jurassic Park

Publié le

par Thibault Prévost

Le jeu vidéo en réalité virtuelle Time Machine VR vous téléporte au milieu des dinosaures marins, à mi-chemin entre la survie et la paléontologie. 

Voilà, c'est foutu : l'immense Liopleurodon de 25 mètres de long et de 150 tonnes que vous tentiez d'étudier discrètement en a enfin eu marre de voir votre bulle de verre s'agiter dans son voisinage sous-marin. Votre véhicule amphibie bloqué entre ses deux immenses mâchoires, vous tripotez fébrilement les commandes du tableau de bord pour vous extirper de cette délicate situation. Lentement, très lentement, la vitre du cockpit commence à se fissurer, tandis que vous vous raidissez dans votre siège et envoyez un signal de retour. C'est certain, l'engueulade de votre chef va être salée.

Dans Time Machine VR, le jeu vidéo en réalité virtuelle du studio québécois Minority Media développé pour Oculus Rift et HTC Vive, vous incarnez un jeune scientifique employé par Museo Mundo, un mystérieux conglomérat, et vous avez pour tâche de sauver le monde, condamné par la libération d'un ancien virus jusqu'alors pris dans les glaces antarctiques (visiblement, en 2033, la COP21 n'a pas tenu ses promesses). Pour ce faire, votre employeur vous refile une machine à voyager dans le temps et vous envoie dans le Jurassique, 155 millions d'années avant J.-C., pour récolter des données sur les dinosaures qui vivaient là à l'époque (et qui, eux, ne se seraient jamais laissé exterminer par une banale "grippe jurassique", comme l'appelle le jeu).

Votre mission, si vous l'acceptez, est donc de vous balader sous l'eau (c'est plus simple pour la réalité virtuelle) dans votre bulle en double-vitrage, de passer tous les dinosaures au scanner et de les regarder s'entretuer pendant la pause clope – en évitant de rentrer dans le game de la chaîne alimentaire, faute de quoi votre rapport de stage ne sera jamais validé.

Observer, survivre, s'émerveiller

Comme l'explique The Verge, qui a pu tester le produit, Time Machine offre au premier regard une expérience incroyable : se promener au milieu de dizaines de spécimens de dinosaures parfaitement reconstitués, et se prendre à nouveau de passion pour eux, quelques décennies après avoir laissé derrière soi ses figurines de T-Rex en plastique. On ne voit pas vraiment comment la simple collecte de données pourrait éviter la fin du monde, ou en quoi le fait qu'un conglomérat privé trouve l'unique vaccin soit un motif d'espoir pour l'humanité, mais passons sur ces considérations éthiques : dans Time Machine, on est avant tout là pour observer sans se poser plus de questions.

À mi-chemin entre l'Endless Ocean proposé sur Wii, Vingt mille lieues sous les mers et Jurassic Park, Time Machine fait enfin le pont entre paléontologie et réalité virtuelle, et tant pis si parfois, comme l'écrit The Verge, on s'ennuie quand même un peu, ou que certaines données sont carrément compliquées à aller récolter (bonne chance pour scanner l'intérieur de la bouche d'un Dakosaurus à l'heure du goûter). Après tout, la vie d'un zoologue est remplie de ces moments d'observation vaine et d'attente interminable et un dinosaure rare, comme un Pokémon, ça se mérite. Et puis, au cas où vous commenceriez à fatiguer, rappelez-vous que vous nagez dans un océan préhistorique au milieu d'animaux fabuleux. Ça requinque.

À voir aussi sur konbini :