AccueilÉDITO

Through The Decades (#12) : Jupiter

Publié le

par Violette Frey

Chaque semaine, l’agenda en ligne Paris la Nuit et Konbini décident d’un coup de coeur commun pour une soirée parisienne et demandent à l’un des artistes du line-up de nous faire une playlist de 5 morceaux, un pour chaque décennie. Une petite leçon d’histoire donc, qui prend la forme d’une chronologie musicale des 70′s au 10′s.

Lien Paris La Nuit

Le duo Jupiter partage avec nous ses cinq titres favoris, d'hier et d'aujourd'hui, en guise d'avant-goût des festivités.

70's : Machine-There but for the Grace of God go I

Un de nos morceaux préférés de disco! C'est le premier groupe de Kid Créole. D'ailleurs il en a fait une reprise pas terrible dans les années 80.
Pour nous c'est la chanson qui représente tout l'esprit de la disco que ce soit dans les sonorités ou dans les textes.

80's : First Love- Party Lights

L'été où on a emménagé à Paris on devait écouter ce morceau à peu près 5 fois par jour. La basse, les voix, les synthés: absolument tout est funky.
C'est vraiment un super morceau à passer pour lancer un dancefloor en début de soirée. De plus, au milieu du morceau, toutes les chanteuses s'introduisent et disent tour à tour "Party lights make me wanna dance"

90's : Skee-Lo - I wish

J'étais ultra fan de ce morceau quand j'étais petite. Je me souviens que je voulais absolument chanter par dessus mais je parlais pas anglais donc je faisais du gros yaourt, ça devait ressembler à un truc du genre "I wish awazeuh bit bol heure".

00's : Midnight Juggernauts- Shadows

Un des groupes des années 2000 qu'on préfère. Je me souviens parfaitement du jour où mon frère m'a envoyé un de leur morceaux, je trouvais ça juste incroyable et je l'écoutais en boucle. Ça a été très dur de choisir parmi leurs morceaux mais on s'est mis d'accord sur "Shadows". Il arrive à combiner un esprit hyper disco grâce à la basse à un côté beaucoup plus froid avec le chant nonchalant.

10's : Totally Enormous Extinct Dinosaurs - Your Love

En fait TEED c'était le nom que je voyais partout, mais tellement partout que je n'avais jamais vraiment écouté. Au Pitchfork Festival je me suis dit que c'était l'occasion: Je me suis pris une claque! Le build up du début est vraiment mortel. Sur scène, il avait 2 danseuses en mode Dance Machine, dit comme ça, ça peut paraitre naze mais ça rendait vraiment hyper bien!

À voir aussi sur konbini :