This War Of Mine, le jeu vidéo qui montre la guerre du point de vue d'un civil

Le jeu vidéo This War Of Mine vous permet d'incarner une troupe de civils luttant pour leur survie pendant que leur ville est assiégée. Un concept brillant et sans doute l'effort vidéoludique le plus proche de l'expérience réelle de la guere.

L'écran de This War Of Mine, dont les séquences d'action se passent principalement la nuit, lorsque les snipers ne vous voient plus (Capture d'écran)

L'écran de This War Of Mine, dont les séquences d'action se passent principalement la nuit, lorsque les snipers ne vous voient plus (Capture d'écran)

Incarner un personnage, l'équiper avec des armes plus ou moins dévastatrices, se lancer à corps perdu sur le champ de bataille et abattre un par un les adversaires qui ont la malchance de se retrouver dans la mire de votre viseur. Voilà, en gros, à quoi se résume un jeu vidéo de guerre. Et ce, depuis que les jeux vidéo existent, de Metal Slug à Wolfenstein : The New Order.

Publicité

Mais vous, moi, les éditeurs de jeux vidéo ou encore les studios de développement, même si nous n'avons jamais connu cette situation, avons l'intime conviction que hummm... la réalité du terrain, c'est un peu plus compliqué que ça, hein ? C'est pourtant ce que vous propose le jeu vidéo This War Of Mine, développé par 11 Bit Studios : le quotidien insoutenable qu'on éprouve à se retrouver en zone de conflit. Dans sa plus pure, simple et terrible réalité.

Dans cette aire urbaine transformée en champ de bataille, vous n'êtes pas un justicier, ni un mercenaire, ni un soldat d'élite, ni même une machine à tuer génétiquement modifiée tout spécialement développée pour assassiner sournoisement vos semblables (désolé, Snake...). Le jeu vous met dans la peau d'un simple civil parmi les autres, ni bon, ni mauvais, qui tente tant bien que mal de survivre dans une ville assiégée par deux armées qui font peu de cas de votre peau.

Publicité

C'est le cycle des jours qui rythme This War Of Mine. Dans la journée, il faut s'abriter des tireurs d'élite qui déblayent les rues de toute trace humaine. Vous n'avez guère d'autre choix que de vous concentrer sur l'entretien de votre cachette, fabriquer des objets, faire des échanges, vous occuper de votre équipe de survivants... Lorsque la nuit tombe, pas le choix : il faut envoyer l'un des membres de votre groupe au charbon pour collecter des objets et denrées qui leur permettront de tenir une journée, deux journées, une semaine supplémentaires.

Peut-on "gagner" à ce jeu ?

Vous l'avez compris : outre les snipers, les pillards et les soldats des deux fronts qui ont fait de votre ville l'enfer sur Terre, votre pire ennemi est la pénurie. Car tout manque : nourriture, médicaments, hygiène... Non, ce n'est pas exactement Halo. Un journaliste de Wired a joué au jeu pendant 25 jours. A lire sa prose, on sent que le jeu l'a éprouvé :

Au lieu d'augmenter de niveau, vos survivants subissent les affres de conditions qui vous ramènent toujours un peu en arrière : les blessures, la maladie, la faim. Vous pouvez les amener à déverrouiller ou forcer des portes, tirer à travers les débris, fouiller à travers les décombres en quête de matériel, d'eau potable ou de produits de luxe comme du café, des petits pois ou des feuilles à rouler afin de les utiliser vous-mêmes ou bien les troquer avec les autres.

[...] Je ne suis même pas sûr qu'il y ait un moment où on "gagne" à ce jeu, parce que le maximum que j'ai pu y passer, c'est 25 jours. Et ça m'a semblé interminable.

Publicité

Le gameplay, lui aussi, est plutôt non-conventionnel pour un jeu de survie. Les personnages se guident à travers les bâtiments comme dans des maisons de poupée, de droite à gauche et vice et versa, mais ça ne lui donne pas pour autant la fraîcheur d'un Super Mario Bros. Votre personnage est lent, et s'il est blessé, il le sera encore plus, rampant à la recherche d'une misérable cachette pour tenter de panser ses blessures.

Si par bonheur vous gardez le contrôle de votre équipe, ce sont les décisions que vous devrez prendre qui seront votre nouvel obstacle. Car pour survivre, il faut parfois faire des choix inhumains... comme sacrifier des membres de votre équipe pour en sauver la plupart. Bref, ce jeu est sans doute l'application ludique la plus proche de ce que vivent des dizaines de milliers d'êtres humains en Irak, en Syrie, ou encore dans l'est de l'Ukraine aujourd'hui.

Maintenant que vous êtes dans le bain, voyez plutôt comment on "joue".

Publicité

Pour plus d'information ou obtenir le jeu, retrouvez-le sur la plateforme Steam

Par Théo Chapuis, publié le 18/11/2014

Copié

Pour vous :