AccueilÉDITO

The Beatles : bande-annonce de "A Hard Day's Night", restauré pour ses 50 ans

Publié le

par Théo Chapuis

Entre mars et avril 1964, alors que personne n'appelle encore la capitale britannique "swinging London", quatre gamins à qui la chance sourit tournent un film promotionnel sur leur propre carrière. Dirigé par Richard Lester, le film deviendra A Hard Day's Night, film rock parodique qui court à 100 à l'heure, mais surtout vitrine de la nouvelle sensation marketing du moment : The Beatles.

Pour l'anniversaire des cinquante ans après la sortie du film, nommé Quatre Garçons dans le vent en version française (un surnom qui leur collera à la peau), le film se voit restauré par la société Janus pour ressortir au cinéma – de l'autre côté de la Manche en tout cas. Il laissera à coup sûr un parterre de groupies en pâmoison, éberluées par le magnétisme puissant des interprètes des titres "Can't Buy Me Love", "I Should Have Known Better", "If I Fell" et, of course, "A Hard Day's Night".

Il y a fort à parier que le 4 juin, les salles britanniques retentiront des cris perçants de jeunes filles en fleur, dans un brouhaha de déambulateurs, de dentiers et de bas de contention qui s'entrechoquent bruyamment.

La bande-annonce, ci-dessous, à regarder dans la meilleure qualité possible (720 p) pour en apprécier la restauration :

Une course effrénée

Le synopsis ? Sachez qu'il n'y en a pas vraiment, en fait. A Hard Day's Night, dans sa mission de film promotionnel pour les Beatles, accomplit son rôle à merveille : on y voit John, Paul, George et Ringo jouer des caricatures d'eux-mêmes un peu balourdes.

En revanche, le film fonctionne lorsqu'il s'agit de dépeindre l'hystérie collective de la beatlemania : le quatuor est pourchassé sans cesse par une horde de fans sans foi, ni loi, ni aucune forme de dignité. La course folle qui rythme A Hard Day's Night est alors une belle métaphore de ce que vit le groupe à l'époque, harassé par un tempo épuisant qui ne lui laisse pas le temps de souffler : le titre du film, trouvé par inadvertance après un épuisant concert par Ringo, dit vrai. Indeed.

À voir aussi sur konbini :