Par clara hernanz

Une équipe de production est déjà sur place pour conduire des entretiens préliminaires.

(© Linh Pham/Getty Images)

Alors que le monde retenait son souffle dans l’espoir d’une issue heureuse, les quatre derniers adolescents et leur entraîneur coincés dans une grotte en Thaïlande depuis deux semaines ont été sauvés hier. La totalité de l’équipe a été évacuée après trois jours d’opérations et la collaboration de nombreux professionnels et bénévoles.

Les jeunes, hospitalisés, sont "en bonne santé", d’après un responsable du ministère de la Santé publique mais leur histoire aurait pu finir en drame. Dans une interview avec The Guardian, deux plongeurs ont raconté que les pompes à eau qui vidaient la grotte inondée sont tombées en panne alors que des secouristes étaient encore à l’intérieur, à plus d’un kilomètre de la sortie. Un plongeur qui ravitaillait les enfants est mort d’asphyxie vendredi dernier.

Pour Michael Scott, CEO de la boîte de production Pure Flix Entertainment, ce drame s’apprête à être adapté au cinéma. Ce citoyen américain, qui habite en Thaïlande trois mois par an, était sur place avant la fin des opérations ces derniers jours. "Le courage et l’héroïsme dont j’ai été témoin sont incroyablement inspirants, alors, oui, nous allons faire un film de cette histoire", a-t-il déclaré au Hollywood Reporter.

Pure Flix est une société de production américaine de films liés au christianisme évangélique. Son film le plus populaire, Dieu n’est pas mort (2014) a rapporté plus de 70 millions de dollars pour un budget de deux millions, d’après Slate. Ce film sur le sauvetage bénéficiera d’un budget se situant entre 30 à 60 millions de dollars.

"Ce fut vraiment un effort d’équipe impliquant Britanniques, Australiens, Américains et Thaïlandais, et les plongeurs nous ont raconté des histoires incroyables", a déclaré Michael Scott. "Ils avaient moins de cinq mètres de visibilité, combattaient les courants violents et utilisaient un système de deux plongeurs pour chaque garçon sauvé."

En attendant, des secouristes ont déploré l’éthique douteuse de certains médias. Narongsak Osottanakorn, chef de la mission de sauvetage, a dénoncé l’usage de drones qui gênaient les hélicoptères ainsi que l’utilisation de la fréquence radio réservée aux forces de police par certains journalistes. Alors que des équipes du producteur Michael Scott sont sur place pour conduire des entretiens, des experts mettent en garde quant au risque d’exposition médiatique. Andrea Danese, psychiatre et chercheur au King’s College de Londres, a expliqué à Science Media :

"Une exposition médiatique intense pourrait rappeler leur expérience traumatisante et les empêcher de revenir à une vie normale. Par conséquent, les enfants ne devraient pas être impliqués dans des interviews ou être pris en photos pendant un certain temps."

Avant de produire le film, Pure Flix devra d’abord obtenir les droits exclusifs sur les témoignages de chacune des familles des garçons, de l’entraîneur et de tous les sauveteurs impliqués dans le sauvetage.