Sherlock, saison 3 : quel bilan ?

Sherlock est une série qui aime bien se faire désirer : après avoir attendu deux ans pour trois épisodes, le détective le plus célèbre de l'Angleterre devrait faire son grand retour sur la BBC d'ici la fin de l'année. En attendant, retour sur la saison 3.

Benedict Cumberbatch et Martin Freeman

Sherlock, c’est une série dont le nombre total d’épisodes sur trois saisons s’élève à neuf - ce qui ne correspond même pas à une mi-saison traditionnelle. Pourtant, elle jouit d’une base de fan monumentale et est un véritable succès auprès des critique. Réalisée par Steven Moffat et Mark Gatiss (connus également dans l’univers télévisuel britannique pour leur travail sur Doctor Who), on retrouve au casting de cette série deux acteurs qui ont fait leur chemin au cinéma depuis, à savoir Martin Freeman (The Hobbit) et Benedict Cumberbatch (Star Trek).

Publicité

Dès le début, en 2010, la série fonctionne grâce à des épisodes de grandes qualités : ils durent une heure trente et développent les intrigues de Conan Doyle avec habileté et de façon crédible, le tout dans univers moderne. Benedict Cumberbatch est excellent en sociopathe dont les capacités de déduction font oublier son asociabilité, tandis que Martin Freeman dépasse l’habituel cliché de l’acolyte un peu geignard pour devenir un véritable atout aux enquêtes du détective. Les investigations sont bien ficelées, les personnages bien développés, et les méchants proprement terrifiants.

Bref, une série qui vaut le coup d’œil. Les deux premières saisons se suivent à un rythme normal, elle gagne de l’audimat et du succès critique au passage (jusqu’à remporter un BAFTA en 2011), jusqu'au cliffhanger à couper le souffle à la fin de la saison 2. Rien de bien nouveau dans le monde des séries, si ce n’est le silence radio qui a suivi...

Une attente interminable

Pendant presque deux ans, les fans n’ont aucune nouvelle. Ils savent que la série est renouvelée, mais le planning chargé des deux acteurs principaux laisse présager que la suite n’est pas vraiment à l’ordre du jour. Des rumeurs ici et là permettent de les sustenter, mais bien vite la saison trois prend la forme d’une promesse trop lointaine... En mars, impossible de croire que le tournage a vraiment recommencé.

Publicité

Pourtant c'est le cas, et c’est à la fin de l’année 2013 que tout s’enchaîne. Un corbillard portant les chiffres "01.01.14" circule dans les rues de Londres, en référence au titre du premier épisode, "The Empty Hearse". La BBC annonce un épisode spécial diffusé à Noël, puis enfin une date pour la saison trois. Censée se passer deux ans après la fin du dernier épisode, on découvre ce que sont devenus les personnages, et comment ils ont vécu la disparition de Sherlock Holmes. Le format restera le même : trois épisodes de 90 minutes, prévus les 1, 5 et 12 janvier 2014.

Le fameux corbillard

Un retour magistral

Finalement, un mois plus tard, le bilan reste assez positif. Presque 10 millions de personnes ont regardé BBC One le premier janvier, espérant découvrir comment le célèbre détective avait fait croire à sa mort. En comparaison, la première saison avait attirée 7,5 millions de téléspectateurs et la seconde 8,8 millions. Comme Sherlock le dira lui-même, il y a treize façons d’expliquer comment il a réussi ce coup de maître. Et si certaines d’entre elles seront présentées à l’écran de façon assez hilarante, l‘épisode brouille les pistes et aucune réponse définitive ne sera donnée aux fans… qui restent encore aujourd’hui dans le flou.

Publicité

Le premier épisode se concentrera plutôt sur les relations entre les personnages, mises à l’épreuve par le retour du détective, qui doit prouver à ses amis qu’il n’a pas perdu de sa superbe. Finalement, c’est un épisode drôle et surprenant auquel on a affaire, et qui est plutôt satisfaisant après autant de temps d'attente. Les fans sont chouchoutés : 90 minutes de scènes hallucinatoires ressemblant à des extraits fanfictions prenant vie à l’écran, de références à l’univers d’origine de Sir Conan Doyle (l’arrivée de Mary, par exemple), et de performances exceptionnelles de la part des deux acteurs principaux.

Il faut malgré tout noter que les épisodes suivants mettent eux aussi l’accent sur l’évolution des relations entre les personnages, et oublient quelque peu les enquêtes à résoudre, allant parfois jusqu’à les bâcler complètement. C’est ce tournant inédit par rapport aux 6 épisodes précédent qui a peut-être surpris certains, qui n’ont pas retrouvé dans la saison 3 le même ton qu’ils appréciaient tant.

Lars Mikkelsen

Publicité

Lueur d’espoir, pourtant, sous la forme de Lars Mikkelsen (le frère de Mads – terrifiant en Hannibal Lecter) qui interprète avec brio le personnage de Charles Magnussen. Froid, reptilien, et proprement répugnant, Magnussen s’élève au même niveau de terreur que Moriarty une saison plus tôt. L’épisode final sera comme un cadeau de Noël pour les fans. Tout y est : romance, plot twists, mort, résurrection et révélations. En définitive, la saison est extrêmement plaisante et bien ficelée. Les acteurs sont au meilleur d’eux-mêmes, et leur alchimie à l’écran est incroyable.

A quand la suite, alors ? Bonne nouvelle, la saison 4 est déjà prévue (ainsi qu’une saison 5). Certains murmurent déjà une diffusion en décembre 2014. Mais rien n’a été confirmé, et tout dépendra de l’emploi du temps des deux acteurs principaux qui doivent maintenant jongler entre carrière au cinéma et contrats avec la BBC. Une saison qui devrait signer le retour de Moriarty...

Par Lorraine Besse, publié le 05/02/2014

Copié

Pour vous :