Avec Revolution EP, Diplo tourne en rond

Suite de l'excellent Express Yourself, le dernier EP de Diplo, Revolution, reproduit un schéma bien connu : beaucoup de basses, des rythmes chaloupés et le soutien de rappeurs en vue. 

Le monde twerk. Et d'une certaine manière, c'est un peu à Diplo que l'on doit tout cela, lui qui reçoit chaque jour des photos de jeunes filles s'adonnant à cette pratique dans l'espoir d'être retweetées par le maître.

Publicité

Et même si la popularisation de cette danse, aux racines africaines puis connue par le biais du mouvement hip-hop (et plus particulièrement du New Orleans Bounce), est un peu son oeuvre, Thomas Wesley Pentz de son vrai nom a un peu perdu la main sur sa création, doublé par le phénomène Miley Cyrus et la diffusion massive de contenus twerk.

Publicité

Heureusement que l'EP Revolution est là pour asseoir sa domination.

Diplo radote

Diplo, boss de Mad Decent, tête pensante de Major Lazer

Au niveau commercial, on peut d'ores et déjà parler de réussite. Diplo est premier des charts aux Etats-Unis un jour seulement après la sortie de l'opus.

Publicité

Pour ce qui est de l'artistique on repassera. Car si la première piste du six titres, "Biggie Bounce", est entrainante à défaut d'être novatrice, les deux suivantes "Revolution" et "Crown" se distinguent par leur mièvrerie. Le quatrième titre "Rock Steady" est assez étrange mais pas forcément désagréable d'autant plus que les prestations d'Action Bronson, RiFF RaFF et Mr MFN eXquire sont étonnantes.

Les deux dernières chansons quant à elles sont des remixes sans véritable inventivité ni fautes de goût. Diplo tourne en rond, même s'il n'a rien perdu de son talent pour produire des chansons "efficaces". C'est triste mais c'est ainsi. Si d'aventures vous voulez vous procurer ce Revolution EP, c'est par ici qu'il faut se rendre. Pour l'écoute voyez plus bas.

Publicité

On vous conseille également : 

Par Tomas Statius, publié le 09/10/2013

Copié

Pour vous :