featuredImage

Clash : Pusha T renvoie la balle à Drake avec une réponse cinglante

Le deuxième round du clash entre Drake et Pusha T est lancé. Sans surprise, le président de G.O.O.D. Music s’est montré particulièrement virulent.

Pusha T avait prévenu, hier, lors d’une interview : après la réponse de Drake à son morceau "Infrared", il se disait prêt à entrer dans l’arène. L’enjeu était de taille puisque avec "Duppy Freestyle", Drake avait placé la barre très haut. On attendait donc la réponse de l’auteur de Daytona. Ça n’aura pas tardé : "The story of Adidon" est sorti cette nuit.

Mine de rien, attaquer le rappeur de Toronto n’est pas si simple que ça. Les ghostwriters, son côté fleur bleue/artiste pour ados, tout ça c’est vu et revu. Pour être crédible, Pusha T se devait de rebattre ses cartes.

Avant même de prendre le micro, le MC le déboîte sur la pochette de sa diss track. En effet, celle-ci affiche une photo authentique de Drake en blackface. A priori, cette photo controversée (et censurée par Instagram) est issue d’une campagne pour la ligne de vêtements Too Black Guys et date de 2008. Le message est clair : Pusha T n’aura aucune pitié.

Mais passons à la substance de ce clash : sur la prod du morceau "The Story of O.J." de Jay Z, le rappeur du Bronx n’y va pas de main morte. D’abord, il pique son rival à vif en rappelant que son père l'a abandonné à 5 ans. Ensuite, il  invoque la rumeur selon laquelle il aurait mise enceinte l’actrice pornographique Sophie Brussaux. Des allégations que le Canadien a d’ailleurs toujours niées en bloc. Dans la foulée, King Push lui reproche aussi d’être un père indigne, en raison du fait qu'il n'ait pas reconnu l’enfant.

"Vu que tu as cité ma fiancée
Je vais leur faire savoir qui tu as choisi comme étant ta Beyoncé
Sophie doit savoir, demande à la mère de ton bébé
Elle a nettoyé son Insta mais la puanteur est sur elle
Un bébé, ça va bien au-delà du rap
On parle d'un être humain, laisse-moi continuer avec les faits
Tu caches un enfant, laisse ce garçon rentrer chez lui
Mauvais père, bon à rien, tu joues la patrouille frontalière
Adonis est ton fils et il mérite plus qu’une campagne Adidas
Aime ce bébé, respecte cette femme
Oublie que c’est une actrice de porno, laisse-la être ton monde."

Drake s'étant moqué du "mec qui faisait ses beats", à savoir Kanye West, le président de G.O.O.D. Music a décidé de jouer aussi sur ce terrain-là. Dans sa salve verbale, il assassine Noah "40" Shebib, le beatmaker attitré du rappeur de Toronto. Il glisse sans vergogne quelques moqueries sur la maladie grave dont il est atteint, la sclérose en plaques. Faire cela un 30 mai, Journée mondiale dédiée à cette maladie, il fallait oser.

"OVO 40 est bossu comme s’il avait 80 ans, tic-tac-tic-tac
Combien de temps il lui reste ? Ce mec est malade, malade, malade."

La sauvagerie de Pusha T ne s’arrête pas là. Il en remet aussi une couche sur Birdman, qu’il attaquait déjà sur son morceau "Exodus 23:1" en 2012. Encore une fois, il dénonce sa mainmise sur les royalties de ses protégés, notamment Lil Wayne.

"Les millions sur le compte ne sont plus les mêmes quand Baby partage le gâteau."

Bref, si Drake veut répondre à tous ça, il va devoir y réfléchir à deux fois. Sous peine de ne pas survivre au rouleau compresseur Pusha T.

Par Jérémie Léger, publié le 30/05/2018