featuredImage

Rencontre avec l'illustratrice Lise Rémon, 22 ans et déjà primée à Angoulême

C’est toujours à la fois énervant et encourageant de rencontrer des jeunes gens talentueux. C’est l’effet que nous a fait Lise Rémon, une artiste de 22 ans qui a déjà bien avancé sur le chemin de la réussite.

unnamed

Lise Rémon.

À l’âge où certains d’entre nous pédalent encore dans la semoule à la recherche de l’inspiration, il y en a qui remportent des prix et dessinent déjà comme les plus grands. Lise Rémon est partie de l’illustration et de la BD, son domaine de prédilection, pour tracer son chemin dans l’animation et dans la réalisation. Après avoir obtenu en 2016 le diplôme des métiers d’art de l’école Estienne, elle poursuit désormais ses études à l’École nationale supérieure des arts décoratifs, à Paris.

Elle a déjà été plusieurs fois primée, notamment à Angoulême, fief de la bande dessinée et de ses admirateurs. La jeune dessinatrice a également remporté le concours de "scénarimage" (ou story board) au festival Premiers plans d'Angers en 2016, ce qui lui a permis de réaliser un court-métrage avec l'aide de professionnels. Ce fut donc l’occasion pour elle de voir ses idées passer du papier à l’écran, ce qui est sacrément valorisant pour une jeune artiste.

Son style ? Si une certaine difformité rend ses personnages très expressifs, ce que l'on remarque surtout chez Lise Rémon c’est un onirisme et une poésie omniprésents, le tout avec beaucoup de mouvement. Elle aime aussi utiliser des techniques très différentes : le noir et blanc comme la couleur, des planches longues mais aussi des dessins uniques... C’est une touche-à-tout. Aujourd'hui, Lise Rémon souhaite apprendre les techniques du cinéma d’animation et étendre l’éventail de ses compétences. Nous sommes allés à la rencontre de cette jeune femme douée et passionnée, à l’univers riche et à la patte si particulière.

quai-des-bulles

Konbini | Tu commences à avoir un joli CV, avec tous les concours que tu as gagnés. Qu’est-ce qui t’as amenée à faire de la BD ?

Lise Rémon | J'en ai toujours plus ou moins fait : plus jeune, quand je dessinais, je racontais des histoires à haute voix en même temps. En grandissant ça s'est transformé en texte, ce qui nous donne de la BD. C'est un format que j'aime bien, je le trouve très complet, très transversal. Il y a toujours de nouvelles façons d'en faire, en fonction de ce qu'on veut dire, de ce qu'on veut raconter. C'est surtout ça qui m'intéresse, d'ailleurs : comment on raconte une histoire dans le cadre d'une séquence d’images.

tumblr_ogw206lpft1sg4di9o1_540

 Elles portent sur quoi en général, tes histoires ?

C'est assez varié, mais la communication contemporaine, les réseaux, les choses virales (les images, les informations sur Internet) me passionnent en ce moment. Notre consommation d'images, le partage qu'on en fait, la nécessité de produire et de diffuser toujours plus, ça me questionne, surtout en tant que créatrice d'images. Enfin, ça c'est pour les grands mots, mais sinon j'aime bien les récits absurdes et les anecdotes historiques marrantes.tumblr_oaxi5criws1sg4di9o1_r1_500

Quelles sont tes influences et tes références ?

Dans le champ de la BD, j'aime beaucoup ce que fait Vincent Vanoli, ses mises en page et son sens du récit sont très inspirants. J'apprécie aussi les travaux de Clément Vuillier et de Jason Murphy. Mais mes références se limitent très peu au champ de l'illustration : je m'intéresse beaucoup à la peinture, au cinéma, au théâtre, à l’Histoire...

As-tu envie d’utiliser ton art pour informer, ou éveiller les gens sur certains sujets en particulier ?

Mon but premier est de raconter une histoire (et de réfléchir à comment s'y prendre). Il y a donc dès le début un lien de transmission au lecteur assez évident. Après, les sujets que j'aborde restent assez divers, mais c'est vrai que j'essaye souvent de les faire résonner avec des situations contemporaines.

Par exemple, mon projet de fin d'études traite de la Grande Peur de 1789, qui est un évènement de la Révolution française qui fait selon moi énormément écho à ce que nous vivons aujourd'hui... Ce fait historique est basé sur une rumeur selon laquelle des brigands allaient venir piller les villages et assassiner leurs habitants. Cette information s'est diffusée en quelques jours dans toute la France, alors que tout cela était faux, et ce uniquement par le biais de la parole !

Le pouvoir des mots et leur capacité de diffusion résonne beaucoup avec l'info virale contemporaine. Ce constat a donc fait partie de mes réflexions narratives et formelles pour ce projet.

tumblr_ob6u4ub6401sg4di9o4_1280

T'es plutôt noir et blanc ou couleur ? 

Ça dépend des projets. Je ne suis pas tellement fixée, tous ces paramètres sont induits en fonction du sujet, du concept (et de mes envies du moment). Il y a des choses que transmet la couleur que ne transmet pas le noir et blanc, et vice versa.

Tu es touche-à-tout : BD, animation, cinéma... Tu penses continuer à tester ces différents domaines ou tu vas te focaliser sur un seul ?

La transversalité est quelque chose qui m'intéresse dans ma pratique, donc j'espère pouvoir à l'avenir continuer à faire le plus de choses possibles. L'idée est d'avoir des projets personnels (davantage dans le domaine de la BD) et des projets collectifs (animation, vidéo...), pour pouvoir jongler entre tout ça et trouver un équilibre qui me corresponde. Enfin, c'est comme ça que je vois l'avenir pour l'instant, mais j'aurai peut-être une autre révélation dans quelques années.

Quels sont tes petits secrets de fabrication ?

Un bon vieux crayon papier bien gras, ça fait toujours sont petit effet. Ou un feutre-pinceau bien sec. La gouache aussi c'est bien.

tumblr_oa8xyagnrr1sg4di9o1_540

 J'ai adoré ton dessin Moi dorlotant moi-même. Mieux vaut s’aimer plutôt qu’être une artiste torturée pour réussir ?

J'ai fait ce dessin dans une période assez "torturée" de ma vie, si je reprends tes mots. J'avais l'impression d'avoir perdu pas mal de repères pour moult raisons personnelles, et ce qui me rassurait dans cette situation, c'est que je suis et serai toujours là pour moi-même, quelles que soient les trajectoires que je prends et les remises en question qui vont avec. C'est pour cela qu'il faut se respecter et être indulgent avec ce qu'on est. Se dorloter, absolument !

tumblr_ofz0px7zny1sg4di9o1_540

moi-dorlotant-moi-meme

 

Sans triche : il y a beaucoup de papiers froissés et d’essais ratés dans ta poubelle ou tu es plutôt quelqu’un qui fait tout du premier coup ?

L'illustration c'est avant tout de la recherche de forme, de couleur et de mise en page. Donc, oui, je fais pas mal d'essais, même si j'essaye de garder une part d'intuition dans les rendus finaux. J'utilisais pas trop les carnets jusqu'il y a peu, mais c'est le lieu idéal pour travailler son trait au maximum : comme ça, lorsqu'il s'agit de faire quelque chose "au propre" on garde une gestuelle dynamique.

tumblr_o32qbplb5s1sg4di9o1_r1_540

Par , publié le 27/03/2017

Copié