AccueilÉDITO

Qui es-tu Rejjie Snow ?

Publié le

par François Oulac

Rejjie Snow est le rappeur irlandais qu'il vous faut. Son rap jazzy et unique, sa culture entre Royaume-Uni et États-Unis, ses multiples identités : on vous tire le portrait d'un jeune artiste aussi talentueux que protéiforme.

À tout juste 21 ans, Rejjie Snow a déjà plusieurs identités. Celui qui a débuté en tant que Lecs Luther officie depuis deux ans sous son blaze actuel. Avant même de l'écouter, la première chose qu'on remarque à propos de son premier EP Rejovich sorti en 2013, c'est le visuel saisissant qui l'accompagne.

Forcément, on demande d'emblée au jeune Irlandais ce qu'il voulait affirmer en mettant côte à côte une Noire et un membre du Ku Klux Klan tous deux aveugles. Il se marre et répond :

Le but, c'était de me représenter enfant. Là où j'ai grandi à Dublin, j'étais le seul gosse noir. Toute ma famille est blanche. Donc j'ai souvent été confronté au racisme. Tous les jours. Sur le dessin, le mec aveugle est raciste mais il ne voit pas que la fille est noire. C'est une manière de représenter l'égalité et de dire que rien n'est si grave.

Si j'ai peur de choquer des gens ? Mais c'est très bien si c'est le cas ! (rires) Si tu regardes bien et que tu écoutes la musique, tu comprends que ce n'est pas si grave. De toute façon si quelqu'un est choqué par ça, il faut qu'il se pose des questions. Il y a tellement de trucs plus dingues qui se passent de nos jours...

Irlande, Angleterre, États-Unis

Le jeune Rejjie, Alex Anyaegbunam de son vrai nom, découvre la musique avec les disques de son père, d'origine africaine. Biberonné au jazz de Chet Baker et Roy Ayers, c'est Nas qui le fait définitivement basculer dans le rap. Il émigre dès l'âge de 18 ans à Londres :

À Dublin, il doit y avoir genre vingt personnes qui font des trucs bien. Les autres, ils font de la musique pour s'amuser. A Londres, ils prennent la musique plus au sérieux.

Le rappeur enchaîne avec des études supérieures et des séjours réguliers aux États-Unis, où il passe trois ans en tout. L'occasion de collaborer avec des gloires locales comme Earl Sweatshirt, Flying Lotus ou  Tyler, The Creator. Élevé entre le hip-hop britannique et US, Rejjie se nourrit de ces deux cultures mais a déjà choisi son camp :

Je me sens quand même plus proche du Royaume-Uni. Lorsque je suis allé aux États-Unis pour la première fois, je pensais que c'était le meilleur endroit au monde. Mais le Royaume-Uni est plus vrai, plus organique. Les gens sont plus honnêtes, si tu es nul, ils vont te le dire. Ça me correspond plus. Aux States ils sont plus superficiels, ils vont regarder ton look, etc...

"Le hip-hop peut être ennuyeux parfois"

En 2012, les rumeurs les plus folles circulent à propos de Captain Murphy, un mystérieux rappeur qui officie à visage couvert et collabore notamment avec Earl Sweatshirt et Flying Lotus. Ni une ni deux, Rejjie Snow alias l'ex-Lecs Luther trolle joyeusement la Toile en faisant croire qu'il se cache derrière le personnage. Ce goût des masques et des changements d'identité, Rejjie Snow l'attribue à un besoin constant de se réinventer... Et un peu aussi pour faire chier le monde :

À l'époque c'était juste pour rigoler. Mais maintenant je me sers de ça pour faire des genres différents de musique. Le hip-hop peut être ennuyeux parfois, donc ça donne envie de faire des choses nouvelles.  D'ailleurs, j'ai un nouvel alias qui arrive cette année, je l'utiliserai pour faire du R'n'B, des sons entièrement chantés.

À ses débuts, on comparait souvent Rejjie Snow à Tyler, The Creator : sa voix grave, son flow lent et quasi somnambule, son univers bardé de zones d'ombre... Mais le gamin a évolué, et s'il fallait aujourd'hui se livrer au délicat exercice de la définition, on dirait que Snow est une sorte de Tyler, version british et sans les délires snuff, mâtiné des sonorités jazz d'un MF Doom et la maturité précoce d'un Kendrick Lamar. Ajoutez à cela un sens aigu de la mise en images et vous obtenez le parfait prototype du rappeur du XXIème siècle, transcendant les clivages territoriaux et calibré pour l'ère Internet. Ah, et il chante aussi.

Malgré sa bouille juvénile et sa dégaine de hipstos, Rejjie Snow produit un authentique rap de trentenaire.

Je m'inspire de la vie quotidienne. Mes amis, ma famille... Je mets tout ça dans ma musique, autant que possible. C'est cool de parler d'argent, de femmes etc., mais il faut que les gens puissent retirer quelque chose de ta musique. J'essaie d'éduquer les gens, mais de la manière la plus cool possible.

Et le voilà, à 21 ans, avec une équipe derrière lui pour le management et la communication, des dates de tournée un peu partout. On lui demande s'il s'imaginait, il y a trois ou quatre ans, faire la première partie d'une tête d'affiche genre Kendrick Lamar, comme cela fut le cas en 2013 :

Ouais, j'imaginais que je ferais ça. Honnêtement. Je me souviens, avant mes débuts, je regardais tous ces rappeurs et je me disais "je DOIS faire ça". Pour être le meilleur, il faut te voir comme le meilleur.

Ça fait un peu bizarre d'être là, mais c'est plutôt une bonne chose d'avoir ces expériences si tôt. Le temps passe vite dans la musique, les gens veulent toujours connaître de nouveaux artistes, on est démodé. Donc j'ai encore dix ans pour m'améliorer !

Avec Rejjie Snow, l'Irlande a un nouveau joyau musical. Et c'est tant mieux, on commençait à en avoir marre de U2.

L'EP de Rejjie Snow, Rejjovich, est disponible en streaming sur SoundCloud, et à l'achat sur iTunes.

À voir aussi sur konbini :