Les critiques sur le Petit Journal prouvent (à nouveau) que les gens n'aiment pas le changement

La pluie de critiques qui est tombée sur le nouveau Petit Journal de Canal+ n'est pas la première. La plupart des émissions TV connaissent des passages à vide, qui reviennent régulièrement.

Capture_d_cran_2016-09-07_16_20_

© Canal+

Depuis le lundi 5 septembre le Petit Journal, émission phare de Canal +, a tout changé : le plateau, les sujets, la durée, et bien sûr le présentateur. Une grande partie du public dénonce ces changements, arguant que l'ancienne émission lui manque. Mais quand on jette un coup d'œil à l'histoire du Petit Journal, on s'aperçoit que cette formule qui semble manquer à tout le monde avait pourtant été critiquée à ses débuts.

Publicité

En 2011, l'émission anciennement présentée par Yann Barthès passait d'une chronique sur le plateau du Grand Journal à un plateau à part, avec son propre créneau et ses propres journalistes. Alors qu'aujourd'hui on n'aurait pas imaginé voir Yann Barthès ailleurs que sur ce fameux plateau, à l'époque ce changement avait été plutôt mal accueilli.

"Le Petit Journal de Canal Plus : Une nouvelle formule qui manque de piquant", titrait alors 20 Minutes. Pour sa part, l'hebdomadaire Le Point avait écrit : "En gagnant en longueur, la séquence perd, hélas, en intensité comique." Voici ne s'était pas privé d'un simple et efficace "Le nouveau Petit Jour­nal de Yann Barthès déçoit", et L'Express avait noté le mauvais accueil de l'émission chez les téléspectateurs : "Force est de constater que la majorité des premiers retours des téléspectateurs sont négatifs et violents." On est certes loin de la critique unanime et acerbe du nouveau Petit Journal de Cyrille Eldin, mais les mots sont rudes alors que le succès de la formule de 2011 n'a fait que grossir par la suite.

Un phénomène récurrent

Le Petit Journal est loin d'être la seule émission critiquée au moindre changement. Sur la même chaîne, le Grand Journal en est un parfait exemple. Depuis le départ de Michel Denisot, la présentation du programme est un exercice risqué.

Publicité

Antoine de Caunes a eu des moments difficiles, et la saison dernière Maïtena Biraben a essuyé des critiques presque quotidiennes, sans oublier la diminution drastique des audiences. Même l'émission Touche pas à mon poste ! a connu des bas, quand elle est passée de France 4 à D8 en 2012.

Dès le deuxième soir de la quotidienne sur D8, l'émission perdait 30 % de téléspectateurs. Sur France 2, Laurent Ruquier joue aussi un jeu dangereux dès qu'il change les chroniqueurs d'On n'est pas couché. L'Express a d'ailleurs recensé toutes les critiques qu'ont dû supporter les nouveaux intervenants à leur arrivée dans l'émission.

Publicité

Les téléspectateurs n'aiment pas le changement

Même si les émissions citées sont aujourd'hui confortablement installées sur leurs chaînes, elles subissent encore régulièrement des vagues de remarques négatives à chaque rentrée. Le mardi 6 septembre, alors que D8 diffusait la seconde quotidienne de la saison 2016-2017 de Touche pas à mon poste !, les critiques commençaient à pleuvoir sur les deux nouvelles de l'émission : Lââm et Camille Lellouche. "Malaise de Lââm, bide de Lellouche et audience en berne", titre L'Express le 7 septembre. Côté Grand Journal, ce sont plutôt les dérapages transphobes de deux nouveaux membres dans la bande qui ont choqué.

Publicité

Les téléspectateurs semblent en fait assez méfiants quand les programmes qu'ils connaissent, et dont ils ont l'habitude, changent. Modifier un élément d'une émission, s'est s'exposer facilement à la critique, même si certains passages de relais se déroulent assez bien.

Par exemple, pas grand chose de négatif n'est ressorti en 2013 à propos du remplacement d'Alessandra Sublet par Anne-Sophie Lapix dans l'émission C à vous. Au final, si les émissions survivent aux critiques des débuts, elles se font facilement une place dans le cœur de certains téléspectateurs.

En 2012, après une chronique critiquant le passage de l'émission de Cyril Hanouna en quotidienne sur D8, L'Obs avait publié une autre chronique deux mois plus tard, intitulée "Pourquoi 'Touche pas à mon poste' est (de loin) la meilleure émission de l’année".

Par Salomé Vincendon, publié le 07/09/2016

Copié

Pour vous :