AccueilÉDITO

Quentin Tarantino : l'asso catho Promouvoir veut censurer Les Huit Salopards

Publié le

par Louis Lepron

Cette fois-ci, Promouvoir s'en prend à Quentin Tarantino.

Promouvoir est l'asso catholique la plus cinéphile de France. En témoigne les dernières séances auxquelles elle a assisté : Love de Gaspar Noé, La Vie d'Adèle d'‎Abdellatif Kechiche, Bang Gang d'Eva Husson, Saw 3D, dernier opus de la série horrifique réalisé par Kevin Greutert, ou encore, plus récemment, Les Huit Salopards. Le problème, c'est que pour tous ces films, l'association proche des milieux conservateurs trouve quelque chose à redire.

Pour le dernier de Quentin Tarantino, interdit aux moins de 12 ans à sa sortie en France le 6 janvier dernier, Promouvoir y trouve même beaucoup à redire :

  • l'interdiction aux moins de 12 ans ne serait pas justifiée en raison de "scènes de très grande violence" avec "plusieurs scènes inadmissibles" dont celle où [SPOILER] "une tête éclatée avec cervelle [explose] sur le visage de la sœur du personnage assassiné" ;
  • le Centre national du cinéma (CNC) et la ministre de la Culture "ont une fois encore gravement manqué à leur devoir et à leurs obligations légales en se bornant à interdire ce film aux seuls jeunes adolescents de moins de 12 ans, l'avertissement accompagnant le visa se contentant quant à lui de faire état de ce que 'certaines scènes sont susceptibles de heurter la sensibilité du public jeune'" ;
  • la conclusion ? "Bref, un film gravement choquant pour les jeunes adolescents, dont toute la seconde partie est fondée sur cette violence (1 h 30 tout de même)".

Il y a une scène [SPOILER] en particulier qui a titillé l'association : on y voit Samuel L. Jackson imposer une fellation au fils d'un général sudiste avec, en échange, la possibilité de lui donner une couverture alors qu'il a dû "marcher nu dans la neige et le froid des heures durant".

Et Promouvoir, horrifié, de préciser :

"Naturellement, la couverture n'est pas donnée et le prisonnier est assassiné d'une balle une fois son 'travail' terminé".

C'est loin d'être la première fois que Promouvoir s'en prend à des films qu'elle juge trop violent. L'association a déjà réussi à faire interdire Love et La Vie d'Adèle aux moins de 18 ans. Plus récemment, elle a demandé à la cour administrative d’appel de Paris d’annuler le visa d’exploitation d'Antichrist, de Lars von Trier, une décision actée la semaine dernière.

À voir aussi sur konbini :