Instagram / Kylian Mbappé

Voilà pourquoi Mbappé n’a pas filmé les scènes de joie dans le vestiaire après la victoire

Moins de deux semaines après le sacre de l’Équipe de France en finale de coupe du Monde, le numéro 10 des Bleus a accordé un long entretien à France Football.

© Instagram / Kylian Mbappé

Il est le plus jeune buteur dans une finale de coupe du Monde depuis Pelé. Mais du haut de ses 19 ans, Kylian Mbappé fait déjà preuve d’une rare maturité. Dans une longue interview parue dans le France Football du 24 juillet, le nouveau numéro 7 du PSG a évidemment évoqué la victoire face à la Croatie et l’ambiance qui régnait dans le vestiaire après le coup de sifflet final.

Publicité

Et contrairement à nombre de ses coéquipiers, "Kyky" fait partie de ceux qui ont préféré vivre le moment plutôt que de le filmer. Laissant de côté son téléphone portable une fois arrivé au vestiaire, il a expliqué ce choix dans son entretien à France Football.

"J’ai tout regardé, pour ne rien perdre. Dans ces moments-là, je n’aime pas prendre mon téléphone pour envoyer des messages et faire des vidéos. C’est une perte de temps, il faut profiter de ces instants uniques."

Voulant tout de même immortaliser sa victoire et cette soirée inoubliable, le jeune attaquant explique plus bas qu’il y a un temps pour tout : "Ça, je ne le fais qu’après, une fois que je suis lavé et rhabillé, dans le bus, au calme."

Publicité

Très jeune pour un champion du monde de football, Kylian Mbappé fait preuve d’une grande maîtrise de ses émotions. Dans l’une de ses réponses à cette interview, il explique pourquoi il ne s’était pas laissé submerger par l’émotion à la fin du match. "Les larmes ne sont pas venues… Peut-être parce que je l’avais vu arriver depuis plusieurs semaines, je n’étais pas si étonné, en fait. On accomplissait un truc qui me semblait normal, presque prévu. Je m’y étais préparé. [...] J'étais venu pour la coupe et je repars avec."

DANS L’HISTOIRE À JAMAIS ...

Une publication partagée par Kylian Mbappé (@k.mbappe29) le

Par Henri Margueritte, publié le 25/07/2018

Pour vous :